Togo : le ministère de l’enseignement supérieur soumet la PNRI à validation

Le ministère de lenseignement supérieur a soumis la Politique Nationale de la Recherche et de l’Innovation (PNRI). Elle couvre la…

Parredaction Catégorie Société Dossiers le 22 décembre 2020 Étiquettes : , , ,


Le ministère de lenseignement supérieur a soumis la Politique Nationale de la Recherche et de l’Innovation (PNRI). Elle couvre la période 2022-2030. Sa validation fait l’objet d’une rencontre entre les enseignants-chercheurs, les directeurs centraux et les partenaires techniques et financiers.

Les travaux de cet atelier ouvert ce mardi, 22 décembre 2020 à Lomé, vont durer deux jours. Il s’agit pour les parties prenantes de passer au peigne fin les grandes orientations déclinées dans ce document.

La PNRI, un projet du ministère de lenseignement supérieur

D’après Prof. Koami Kokou, directeur national de la recherche au ministère de lEnseignement Supérieur, la PNRI est un document qui définit clairement les orientations du secteur. Ainsi, la politique prend en compte les guides structurelles et organisationnelles dont souffrent l’Enseignement Supérieur, d’une part.

D’autre part, le document expose les facteurs empêchant le secteur à contribuer efficacement au développement socioéconomique du pays. De ce fait, la PNRI va « contribuer à hisser le Togo au rang de pays émergent ». Ce, conformément aux ambitions du Plan National de Développement (PND).

Aussi, les promoteurs de la PNRI se sont appuyés sur le PND (politique macro-économique en vigueur) pour son élaboration. Ils ont pris en compte les axes de développement, identifiés par le gouvernement. La PNRI sera donc un appui au PND. « Toute recherche aujourd’hui a une destination. Toute recherche veut attaquer un problème qui est utile au Togolais », a précisé Koami Kokou.

Les principaux axes de la PNRI

Selon les explications du ministère de lenseignement supérieur, la PNRRI se veut un document de planification, de programmation et de coordination de la mise en œuvre des projets de recherche conduits au Togo. Elle tourne autour de trois axes. Le premier axe du document concerne la quête de financement destiné à la recherche.

D’après Koami Kokou, l’Union Africaine recommande aux Etats d’investir 1% du Produit Intérieur Brut (PIB) dans la recherche. « Mais chez nous ici, nous devons nous situer entre 0,15 et 0,22 % du pays », s’inquiète le directeur national de la recherche. « En comparant avec un pays comme le Kenya qui va jusqu’à 0,8 % », poursuit-il, « nous ne sommes pas nanti dans ce domaine ».

Le deuxième axe porte sur la nécessité de doter le pays de structures de recherche adéquates afin de « faire la vraie recherche ». Le transfert de la recherche est le troisième axe développé dans la PNRI. « Comment faire la recherche pour qu’elle puisse profiter aux communautés », la PNRI va essayer de trouver des réponses à cette interrogation.

Lire aussi : Togo : Réouverture des Etablissements d’enseignement supérieur, attention aux risques

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *