mercredi, septembre 22, 2021


Médecine au Togo : le Prof Beketi Katanga veut s’attaquer à l’exercice illégal de la profession

La médecine au Togo est un métier exercé par des professionnels. Mais, comme dans tout domaine, il en existe qui…

Parredaction Catégorie Santé le 14 juin 2021 Étiquettes : , , ,


La médecine au Togo est un métier exercé par des professionnels. Mais, comme dans tout domaine, il en existe qui l’exerce illégalement. Pour son premier mandat, le Professeur Beketi Katanga décide d’aller en guerre contre ce phénomène.

En effet, le professionnel de santé a été porté à la tête de l’Ordre National des Médecins du Togo (ONMT). C’était à l’issue d’une assemblée générale des acteurs tenue samedi, 12 juin 2021.

Médecine au Togo, renouvellement du bureau de l’ONMT

De nouvelles personnes sont désormais aux commandes dans le secteur de la médecine au Togo. Le Prof Beketi Katanga et son équipe viennent succéder au Professeur Goeh Akue. Ce pour une dure de quatre (04) ans.

L’ONMT regroupe les médecins formés et exerçant sur le sol togolais. C’est une organisation à but non lucratif qui se charge de la mise en application des règles qui régissent la profession de médecin sur l’ensemble du territoire national.

En effet, les professionnels de santé ont été en première ligne dès les premières heures de la survenance de la pandémie de la Covid-19. Ils jouent donc un rôle inestimable dans la société active. Les médecins sont des sauveurs de vies.

Assainir le secteur de la médecine au Togo

Le nouveau président de l’ONMT, Prof Beketi Katanga a fait la promesse de travailler pour assainir le secteur de la médecine au Togo. En effet, son mandat est placé sous le signe de l’innovation. D’énormes défis sont à relever et le médecin Katanga s’y attèlera.

Médecine au Togo : le Prof Beketi Katanga veut s’attaquer à l’exercice illégal de la profession

Premièrement, il sera question de trouver une solution au problème de la situation géographique de l’organisation. L’ONMT n’a pas de siège proprement dit. « Nous aimerions avoir un siège qui soit fonctionnel, où on puisse faire des conférences et formations continues des médecins », a-t-il indiqué.

Le deuxième et problème majeur est de l’exercice illégal du métier. « Il y a des gens qui ne sont pas médecins mais qui jouent le rôle de médecins et qui posent certains actes », déplore Beketi Katanga. Le Professeur entend donc travailler en synergie avec d’autres organisations afin de trouver une « résolution progressive de ce problème ».

Christelle A.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *