Mali : la Russie, véritable soutien à la junte au pouvoir ?

Depuis le départ de la délégation de la CEDEAO, la junte a multiplié des contacts avec les partenaires étrangers. Si…

Parredaction Catégorie Politique le 1 septembre 2020 Étiquettes : , , , ,

Depuis le départ de la délégation de la CEDEAO, la junte a multiplié des contacts avec les partenaires étrangers. Si jusqu’ici la junte semble résister à toutes les pressions et sanctions, l’on avance la thèse du soutien de certaines puissances à son égard. La Russie aurait été citée.

L’audience accordée à l’Ambassadeur russe par la junte

Les relations diplomatiques entre le Mali et la Russie sont de très bonnes qualités. Le coup d’Etat n’a pas eu d’influence sur elles.

En effet, l’Ambassadeur russe a été reçu en audience par les militaires au pouvoir au Mali, alors que la durée de la transition reste à déterminer. Selon Fatoumata Coulibaly, enseignante-chercheuse à Bamako, « les relations entre le Mali et la Russie sont anciennes ».

Cette audience ne fait que traduire l’excellence des relations diplomatiques entre les deux Etats. C’est dire que la Russie contrairement à la CEDEAO reconnaitrait la junte. Cette audience a été suivie par les remerciements à Moscou lors de la mobilisation du vendredi 21 août sur la place de l’indépendance. Des manifestants montrent des affiches sur lesquelles ils remercient la Chine et la Russie « pour leur soutien au Mali ».

Les officiers putschistes formés par la Russie

Les militaires maliens, auteurs du coup d’Etat, recevraient une formation à Moscou auprès des forces armées russes. En effet, les chefs de l’armée seraient en Russie depuis janvier 2020. Ceci, dans le cadre d’un programme de formation organisé par les forces armées russes, selon les sources militaires maliennes.

Ces chefs militaires du Mali seraient revenus quelques jours avant le renversement du président Ibrahim Boubacar Keita. Par ailleurs, Assimi Goita, le chef du CNSP, reviendrait juste d’une formation en Russie, tandis qu’un autre parmi les putschistes est attendu à Moscou pour une formation.

De plus, sur les cinq pays membres du G5 Sahel, seule la Mauritanie n’a pas signé d’accord de défense et de coopération militaire avec la Russie. Quatre des pays ont signé des accords de défense avec la Russie
L’ambition de la Russie est de réduire ou d’occuper des espaces des occidentaux en Afrique francophone. Le Mali a besoin de la Russie dans la perspective de diversifier ses partenaires.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *