Lutte contre l’érosion côtière au Togo, le pays à la recherche d’une approche d’urgence innovante

Pour lutter contre l’érosion côtière au Togo et empêcher la disparition des habitations le long de sa côte, le gouvernement…

Parredaction Catégorie Société le 9 septembre 2020 Étiquettes : , , ,


Pour lutter contre l’érosion côtière au Togo et empêcher la disparition des habitations le long de sa côte, le gouvernement togolais envisage un plan d’urgence. Pour les autorités publiques, il faut un plan de sauvetage innovant pour sauver la situation avant le démarrage effectif des travaux du programme WACA.

L’ingénieur Déo Eklu-Natey sera à la commande pour mettre en place un système innovant pour stopper le phénomène d’érosion côtière au Togo.

Mettre en place un plan d’urgence innovant pour lutter contre l’érosion côtière au Togo

« Plus aucun habitat sur la côte maritime ne doit être emporté par les vagues de la mer d’ici à juin 2021 ». Tel est l’objectif des pouvoirs publics en se lançant dans cette recherche de solution d’urgence innovante.

Ainsi, le projet de lutte contre lutte contre l’érosion côtière au Togo a été remis à l’ingénieur Déo Eklu-Natey pour son accomplissement dans l’optique de protection provisoire. L’ingénieur aura, ainsi, pour tâche de sauver les maisons de la côte togolaise qui peuvent être emportées par l’érosion avant mi-2021.

D’après Dr Adou Rahim Alimi, coordonnateur du programme WACA, « le contrat a été déjà signé et l’ingénieur est actuellement en train de préparer les chantiers pour le déroulement effectif de ce projet d’urgence ».

Un projet soutenu par la Banque mondiale

Concrètement, a expliqué le réalisateur du projet, il s’agira de creuser des tranchées le long des infrastructures préalablement identifiées, sur une profondeur de deux mètres environ. L’idée est de favoriser un dépôt sédimentaire à la chute des vagues et gagner de l’espace entre la mer et ces structures.

« L’ingénieur nous a prouvé l’efficacité de cette technique d’ensablement naturel pour empêcher la mer d’avancer et le gouvernement a trouvé très intéressant de la mettre en œuvre. Si les résultats – dont nous voyons déjà les premiers signes dans les villages où l’ingénieur togolais a posé des ouvrages tests – sont concluants, on pourra même la privilégier à l’avenir », a précisé Dr Adou Rahim Alimi.

L’initiative devrait, avec l’appui de la Banque mondiale, coûter environ 600 millions FCFA soit un équivalent de 915 000 euros. Une technique simple et innovante, qui avant juin 2021, sauvera la situation dégradante au niveau de la côte du Togo.

Lire aussi: Occupation anarchique du littoral: déguerpir pour de bonnes causes

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.