Retard de livraison des nouveaux bâtiments du marché de Kara : les ultimatums de Kodjo Adedze

En visite de chantier, le ministre du commerce, Kodjo Adedze a intimé l’ordre aux entreprises en charge de la reconstruction…

Parredaction Catégorie Société le 17 janvier 2022 Étiquettes :


En visite de chantier, le ministre du commerce, Kodjo Adedze a intimé l’ordre aux entreprises en charge de la reconstruction du marché de Kara, en leur demandant de livrer à temps les nouveaux bâtiments.

Deux semaines après l’incendie du site provisoire du marché de Kara, le ministre togolais du commerce s’est rendu sur le chantier de reconstruction du premier site incendié il y a plusieurs années. A cette occasion, le ministre a fixé un délai impératif aux entreprises pour livrer un chantier qui n’a que trop duré, nous renseigne togofirst.

Fin des travaux de reconstruction du marché de Kara

Retard de livraison des nouveaux bâtiments du marché de Kara : les ultimatums de Kodjo AdedzeAprès l’incendie du marché de Kara en janvier 2013, la Banque Africaine de Développement a lancé le projet d’appui à la reconstruction des marchés et aux commerçants de Kara et de Lomé (PARMCO). L’ouvrage de Kara financé à hauteur de 4 milliards de FCFA est constitué d’un immeuble de 3 niveaux, dont les travaux ont débuté en 2016.

Au cours de son énième visite de terrain, le ministre togolais du commerce a eu un échange avec les responsables des entreprises en charge de la reconstruction du marché de Kara, à qui il a livré son insatisfaction. « La deadline qu’on vient de se donner (31 Mars) doit être respectée. Elle doit être la dernière », a-t-il déclaré.

Cet ultimatum du ministre est justifié dans la mesure où les travaux étaient censés être terminés il y a plus d’un an. En effet, les travaux de reconstruction du marché de Kara devaient être achevés et les bâtiments livrés quatre ans après la pose de la première pierre.

Le respect du nouveau délai

Retard de livraison des nouveaux bâtiments du marché de Kara : les ultimatums de Kodjo AdedzeAujourd’hui, les travaux sont estimés à 90% de réalisation. Les entreprises expliquent cette situation par des retards de décaissement. Argument que rejettent les responsables des décaissements. Ce que confirme le ministre Adedze, « la BAD ne souffre d’aucun problème de liquidité ». D’autant plus que « cette institution voudrait améliorer la qualité de consommation des crédits mis à disposition des gouvernants. Également au niveau du budget de l’Etat, nous n’avons aucun souci de trésorerie », a ajouté le ministre du commerce.

De son côté, la BAD souligne qu’il s’agit d’un problème d’entente entre les entreprises et les cabinets de contrôle. Ainsi, pour s’assurer de la finalisation des travaux de reconstruction du marché de Kara, les autorités ont imaginé un mécanisme. Il s’agit de l’organisation régulière de rencontres de suivi entre les différentes parties.

Boscar A.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.