Togo : le ministère de l’hydraulique annonce le redémarrage des contrôles de conformité

Le ministère de l’hydraulique annonce le redémarrage contrôles de conformité. Les différents producteurs de l’eau commercialisée n’étant pas en règle…


[bsa_pro_ad_space id=4]

Le ministère de l’hydraulique annonce le redémarrage contrôles de conformité. Les différents producteurs de l’eau commercialisée n’étant pas en règle auront des soucis à se faire à partir du 15 décembre. En effet dans un communiqué, le ministère en charge du secteur a annoncé la reprise des contrôles en termes de qualité et d’agrémentation.

Cette décision devrait permettre de mieux réglementer le secteur et de garantir la sécurité sanitaire des populations.

Contrôles de conformité, une démarche primordiale

Le Comité interministériel de contrôle de la production et de l’exploitation des eaux minérales et de sources reprend donc ses activités. Avec pour objectif de s’assurer de la potabilité de toutes les eaux destinées à la consommation humaine, cette mission devra avoir lieu sur toute l’étendue du territoire national. Des eaux en sachets et en bouteilles de mauvaises qualités circulent sur le marché au Togo, constate-t-on. L’activité étant pourtant soumise à une autorisation du ministère sur avis du comité interministériel.

La reprise de ces contrôles de conformité intervient en une période de grande consommation qui est la fin d’année. Des commerçants peu scrupuleux se permettent de saturer le marché de ces produits avariés et les eaux de consommation n’échappent pas à la pratique. Ceci explique la remise en marche de ce mécanisme de contrôle. Cette décision fait partie des fortes décisions prises par le nouveau ministre de l’Eau et de l’hydraulique villageoise, Tiem Bolidja.

des controles de conformité pour éradiquer un mal qui persiste

Depuis des années, les autorités mettent en garde les fabricants essentiellement ceux qui ne se conforment pas aux normes minimales d’hygiène ou n’ont tout simplement pas d’agrément des autorités sanitaires. Ils ont un mois pour remplir les critères fixés avant une fermeture administrative.

En 2016, une action pareille avait été lancée pour mettre tous les commerçants sur le droit chemin. Ainsi, toute entreprise désireuse de s’établir en qualité de productrice d’eau minérale qu’elle soit en sachet ou en bouteille doit fournir une carte d’opérateur économique d’une part. D’autre part, une autorisation de prélèvement d’eau délivrée par le ministère de l’Eau et de l’hydraulique villageoise, une fiche technique, les caractéristiques de l’installation, les résultats d’analyse, le certificat de salubrité valide sont demandés à ladite entreprise.

Elle doit également démontrer l’existence de bloc sanitaire et prouver l’existence de contrat avec l’Institut national d’hygiène. Outre les documents administratifs, les autres éléments exigés visent à garantir la salubrité des lieux de fabrication et la garantie de fournir une eau potable.

Rappelons qu’à l’heure actuelle seules 55 sociétés disposent d’un agrément pour produire de l’eau minérale en bouteille et en sachet. Elles ont toutes fait l’objet d’une enquête approfondie des pouvoirs publics.

Ces contrôles de conformités sont très essentielles pour protéger les consommateurs.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *