Togo : Me Koubou Aimé prend la tête de l’Association des Greffiers du Togo

Greffier en Chef au Tribunal de Première Instance de Lomé, Me Koubou Aimé devient le président de l’Association des Greffiers…

Parredaction Catégorie Dossiers le 9 novembre 2020 Étiquettes : , , , ,

Greffier en Chef au Tribunal de Première Instance de Lomé, Me Koubou Aimé devient le président de l’Association des Greffiers du Togo (AGT). Une élection faite au cours d’une assemblée générale élective tenue vendredi dernier à Lomé.

Au cours de cette assemblée, les travaux ont permis aux Greffiers et Administrateurs de greffe d’examiner, d’analyser et d’adopter les statuts et le règlement intérieur de l’association.

Conscientiser les collègues

L’Association des Greffiers du Togo, qui traverse depuis plusieurs années déjà un moment sombre, refait peau neuve au cours d’une assemblée élective au palais du renouveau de la Cour d’Appel de Lomé. Ainsi, neuf membres du Bureau et deux Commissaires aux comptes ont été élus pour un mandat de 3 ans.

En effet, pour ce nouveau mandat, le bureau de l’Association des Greffiers du Togo, entend œuvrer sur la conscientisation des greffiers, le travail bien fait et la visibilité du corps.

L’Association du Togo a longtemps connu des moments sombres. Le nouveau président élu s’engage à œuvrer pour relever ce grand défi. « On n’a pas été sérieux en écoutant les autorités. Je crois que c’est ça qui a manqué qu’on n’est pas arrivé. A l’avenir je dois faire de sorte que tous les collègues soient conscients », a laissé entendre le nouveau président Me Koubou Aimé.

Travailler comme un fonctionnaire d’État

Conscient de l’immensité du chantier, Me Koubou Aimé compte mettre tout en œuvre pour la réalisation des différents chantiers de l’association des greffiers du Togo. « Le chantier est grand. Il y a les Greffes. On doit passer juridiction par juridiction pour leur parler de comment être sérieux devant les justiciables, ne pas trop venir en retard. Il faut être ponctuel et assidu. Bref travailler comme un fonctionnaire d’État. Et là, nous serons bien écoutés », a-t-il expliqué.

« Nous sommes donc invités non seulement à cultiver davantage l’esprit de solidarité et de tolérance entre nous, mais aussi à réviser tant soit peu, les obligations que nous impose notre serment. Ces serments qui sont entre autres, la loyauté, la probité, le secret professionnel, l’obligation de réserve et le respect de la hiérarchie pour ne citer que celles-là », a-t-il poursuivi.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *