la HAAC au Togo siffle la fin de la recréation, suite Non-respect des fondements déontologiques

la HAAC au Togo siffle la fin de la recréation, suite Non-respect des fondements déontologiques. En effet, La Haute Autorité…


la HAAC au Togo siffle la fin de la recréation, suite Non-respect des fondements déontologiques. En effet, La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) a échangé ce mardi, 09 février 2021, avec les organisations de presse au Togo. Occasion pour l’institution de régulation d’attirer l’attention des professionnels de médias sur le respect des fondements déontologiques et éthiques du journalisme.

Cette rencontre fait suite à la suspension de parution de 4 mois, écopée par le journal « L’Alternative », le 5 février dernier. Ainsi, la douzaine d’organisations dont l’Observatoire Togolais des Médias (OTM) ont engagé la discussion avec le collège de la HAAC pour deux principales raisons. D’une part, mieux comprendre sa décision et d’autre part, plaider pour un assouplissement de cette sanction. De son côté, la HAAC a présenté la situation actuelle du paysage médiatique togolais notamment en ce qui concerne le respect des règles déontologiques.

« La recréation est terminée » d’après la HAAC au Togo

D’après la HAAC au Togo, l’environnement de la presse togolaise connait, ces derniers temps, une multiplication des cas de dérapages médiatiques. L’institution s’indigne donc contre les auto-saisines et des plaintes de citoyens.
Cette situation, analyse le collège des membres de la HAAC, s’explique par la récurrence de la violation des règles encadrant la pratique du journalisme au Togo. Il urge donc d’aller au-delà des cas de sanctions et de recentrer le débat sur les fondements déontologiques et éthiques du métier. Car, les professionnels des médias semblent de plus en plus s’en écarter.

« La récréation est terminée et certains journalistes doivent cesser de se considérer comme des intouchables qui ont le droit de piétiner impunément les règles du métier », a lancé le Président de la HAAC au Togo, M. Pitalounani Telou.

la HAAC au Togo siffle la fin de la recréation, suite Non-respect des fondements déontologiques

« La presse togolaise ne se porte pas bien » selon la HAAC au Togo

Les organisations de presse ayant pris part aux débats ont unanimement reconnu et regretté les manquements professionnels dont sont souvent coupables les journalistes, techniciens de presse ou auxiliaires des médias.
Le président de l’OTM, Fabrice Petchezi, a salué le caractère inclusif et participatif des débats. Malgré le diagnostic « amer » du paysage médiatique, la HAAC au Togo ne s’est pas empêché d’écouter les inquiétudes des participants.

« Actuellement, la presse togolaise ne se porte pas bien. Il y a beaucoup d’efforts à faire et nous allons nous battre pour respecter les textes qui régissent notre profession. Nous l’avons reconnu », a indiqué Fabrice Petchezi.

Néanmoins, le président de l’organe d’autorégulation de médias estime que les sanctions qui tombent sont un peu trop lourdes pour les journaux. Car, explique-t-il, « nous avons des journaux qui sont quand-même des entreprises de presse, ne l’oublions pas ».

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *