Education : la FESEN Togo hausse de nouveau le ton et annonce une grève de 72 heures

La FESEN Togo ne compte pas se laisser faire. Si les enseignants volontaires ont décidé de suspendre leur grève à…



La FESEN Togo ne compte pas se laisser faire. Si les enseignants volontaires ont décidé de suspendre leur grève à l’issue des discussions avec le gouvernement, ce n’est pas le cas pour la Fédération des Syndicats de l’Education National (FESEN). Cette dernière hausse de nouveau le ton et entrera en grève de cessation de travail de 72 heures à compter du lundi 16 novembre prochain.

La rentrée scolaire a démarré ce lundi 02 novembre sur l’étendue du territoire malgré les conditions difficiles de la Covid-19. A cet effet, la FESEN Togo réclame un accompagnement du gouvernement et une mise en œuvre du protocole d’accord signé en 2018.

La FESEN Togo veut faire du concret

La FESEN Togo a déposé, hier, sur la table du ministre en charge de l’éducation primaire et secondaire, un préavis de grève. Ainsi, le gouvernement a 14 jours pour écouter les responsables de cette fédération et trouver une solution à leurs revendications, annonce son Secrétaire général, Hounsime Sénon.

Pour lui, il ne faut pas discuter pour discuter. Nous avons assez du dilatoire, on veut le concret, a-t-il souligné. Il faut résoudre le problème et non faire du dilatoire, a-t-il ajouté. Selon les responsables de la FESEN, le gouvernement qui avait accompagné la signature du protocole d’accord continue de garder un silence sur la réalisation des recommandations faites.

Un appel pour la patience des enseignants de la FESEN Togo

Tout en mettant une lumière sur les démarches entamées auprès des autorités, le Secrétaire général de la FESEN a indiqué qu’il espère jusqu’au 16 novembre une réaction positive du gouvernement. Faute de quoi, le syndicat sera en droit d’aller en grève. Et nous allons le faire, a-t-il précisé.

Aussi, Hounsime Sènon demande à tous les enseignants qui s’agitent de gauche à droite de faire preuve de patience. Pour lui, ils ont suffisamment fait, mais il leur demande d’en faire encore pour qu’ils ne tombent pas dans des erreurs.

En outre, avec la pandémie de la Covid-19, la FESEN réclame un meilleur accompagnement. « On nous parle de protocole sanitaire qui va être mis en place. Aujourd’hui concrètement qu’est-ce qu’on met en œuvre pour nous sécuriser, pour sécuriser les enfants. Non faut pas que le gouvernement nous tape sur les nerfs », a laissé entendre Hounsime Sénon.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *