Kenya : Covid-19 et grossesses pléthoriques chez les adolescentes, quel lien ?

Frappé par le coronavirus, le monde s’est vu effondré. L’année 2020 reste gravée dans la mémoire des uns et des…

Parredaction Catégorie Santé le 20 juillet 2020

Frappé par le coronavirus, le monde s’est vu effondré. L’année 2020 reste gravée dans la mémoire des uns et des autres. Chaque acteur du monde pourrait témoigner du mal éprouvé.

Se propageant très vite, le coronavirus a obligé le monde à se replier sur soi en mode confinement, entrainant l’arrêt du cours normal de vie et la suspension de diverses activités.

Pendant cette période, le Kenya a remis en cause la sécurité de la gent féminine, de surcroît des adolescentes. L’on se demande si ce sont les mesures prises, telles que le confinement, qui ont entrainé des grossesses chez plusieurs adolescentes ?

Covid-19, cause avérée des grossesses

Origine des grossesses de nombreuses adolescentes au Kenya, la pandémie du Covid-19 laisse ses marques. Il a paralysé le monde et entrainé l’entrée en restriction des populations.

Restées chez elles depuis mi-mars à la suite de la fermeture des écoles et l’arrêt momentané des activités, les jeunes filles kenyanes se seraient livrées à des pratiques sexuelles. Des pratiques, qui depuis les restrictions du Covid-19, ont considérablement augmenté le taux de grossesse chez les adolescentes.

Ces pratiques sexuelles, en trois mois, ont fait plus de 150 000 grossesses, soit une augmentation de 40% par rapport à l’année dernière.

Covid-19, cause incertaine des grossesses

Le Kenya est un pays dans lequel on constate des mariages précoces empêchant l’autonomisation de la femme. C’est un sérieux problème pour la gent féminine. Pays de l’Afrique de l’Est, le Kenya est l’un des pays dont le taux de grossesse des adolescentes est le plus élevé au monde.

Avec 82 naissances sur 1 000, ce pays laisse, en outre, derrière lui un problème de violence faite aux femmes débouchant sur la question des droits humains. Dans ces conditions, même si le coronavirus aurait contribué à l’augmentation des grossesses, il ne constitue pas la réelle et unique source des grossesses au Kenya.

De ce fait, le gouvernement kenyan doit combattre les mariages précoces et promouvoir l’autonomisation de la femme et de la jeune fille, afin qu’une nouvelle pandémie n’aggrave la situation déjà inquiétante liée au Covid-19.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *