Journée Internationale de la Femme Africaine: promotion des droits de la femme au Togo

Le 31 juillet a été la célébration de la Journée internationale de la femme africaine. A cette occasion, la Déléguée…

Parredaction Catégorie Société le 4 août 2020 Étiquettes : , , ,


Le 31 juillet a été la célébration de la Journée internationale de la femme africaine. A cette occasion, la Déléguée nationale du Mouvement des Femmes Unir (MFU), Raymonde Lawson de Souza, a fait l’état des lieux de la promotion des droits de la femme au Togo. Elle l’a fait à travers une déclaration à l’endroit des décideurs politiques et de ses sœurs. Voici la teneur.

Salut militant à vous toutes chères vaillantes femmes africaines

En ce 31 juillet 2020 où nous célébrons avec la communauté musulmane la fête de l’Aïd El Kebir, permettez-moi de faire une petite intrusion pour vous rappeler que ce 31 juillet est aussi la Journée où la Femme Africaine est célébrée. Par conséquent, Bonne Fête à nous toutes et une dédicace spéciale aux Femmes Africaines Musulmanes.

Ce n’est pas tant la fête de la Tabaski qui a éclipsé la nôtre mais c’est plutôt l’ambiance morose qui règne dans le monde entier et notamment dans notre beau pays le Togo et à ce titre, je remercie le gouvernement d’avoir choisi cette année comme thème national : « L’unité dans la diversité pour la lutte contre le racisme et la covid-19 en faveur de l’autonomisation des femmes ».

Raymonde Kayi Lawson de Souza reconnait les efforts du président Faure

C’est l’occasion de remercier le Chef de l’Etat, son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé pour sa politique en faveur de la Femme Togolaise. Le Président de la République, Président de notre Parti, a su tout au long des années réserver une place de choix à la Femme Togolaise caractérisée par son ardeur au travail, son abnégation et son combat de tous les jours dans un Monde où rien ne lui est épargné et où tout se gagne à la sueur du front.

C’est vrai, reconnaissons qu’il nous reste du chemin à faire pour parvenir à l’autonomisation de la Femme Africaine mais n’est-ce pas les petits ruisseaux qui finissent par former les grandes rivières ? Donc nous ne devons pas nous décourager car il y a des Hommes et Femmes de bonne volonté qui ont fait de leur combat quotidien, la lutte pour l’autonomisation de la Femme Africaine et nous les remercions pour ce bon et noble combat.

Tout en respectant les mesures barrières dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus, bonne et fructueuse journée à nous toutes.

lire aussi : https://lomegraph.com/jifa/

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *