[Interview] : Tony Amétépé, « en aucun cas, nous n’avions douté de ces jeunes dames qui représentent Sigma Corporation »

La rédaction de Lomegraph est allée à la rencontre des promoteurs de la première édition du challenge « Best Woman…

Parredaction Catégorie Culture le 10 mars 2021 Étiquettes : , ,

La rédaction de Lomegraph est allée à la rencontre des promoteurs de la première édition du challenge « Best Woman Manager ». Dans cette interview exclusive, Tony Amétépé, président du comité d’organisation revient de long en large sur cette initiative ayant connu une viralité sur les réseaux sociaux ces derniers jours. En effet, « Best Woman Manager » est une compétition interne organisée par l’agence de communication Sigma Corporation dans le cadre de la célébration de la journée du 08 mars. Durant deux semaines, chacune des six candidates a eu deux jours de pouvoirs pour s’illustrer et conduire l’équipe de Sigma en se mettant dans la peau du Manager Général.

Lomegraph : Bonjour Monsieur, le challenge « Best Woman Manager », a connu son apothéose ce 08 mars avec la remise des prix aux candidates. Que peut-on retenir en termes de bilan ?

Tony Amétépé : Pour nous, « Best Woman Manager 2021 » est un accomplissement. Ce fut un projet qui nous a engagés aussi bien individuellement que collectivement mais qui surtout a permis à la gente féminine de Sigma Corporation de révéler ses talents cachés, de pouvoir s’exprimer et pouvoir montrer valablement leur savoir-faire en termes de leadership et de management.

Lomegraph : Qu’est ce qui a motivé cette initiative ?

Tony Amétépé : D’abord, c’est le thème de cette année qui nous a inspirés, qui parlait de l’égalité genre notamment entre l’homme et la femme en milieu professionnel et surtout l’accent qui a été donné sur le leadership féminin. On a constaté que la plupart des temps, on invite les femmes à pouvoir s’illustrer, à pouvoir démontrer ce qu’elles ont en elles, mais elles manquent d’opportunité pour pouvoir arriver à faire montre de cela. Donc, nous nous sommes dits qu’il fallait instaurer un cadre qui leur permettait de pouvoir exprimer qui elles étaient réellement.

La Directrice Générale recevant un prix dhonneur

Lomegraph : Avant le challenge, aviez-vous douté de la gente féminine de Sigma Corporation ou avez-vous pensé qu’elle ne dégageait pas un certain potentiel ?

Tony Amétépé : Pas du tout. La gente féminine de Sigma Corporation s’illustrait déjà fort bien avec des talents assez exceptionnels que la boite regorge. C’était pour nous un cadre de renforcer en réalité ces compétences, capacités ou talents là. En aucun cas, nous n’avions pas douter de ces jeunes dames-là qui représentent Sigma Corporation.

Lomegraph : Les candidates ont-elles comblé vos attentes ?

Tony Amétépé : Oui. Oui. Effectivement, elles ont su pleinement jouer leurs rôles durant les 15 jours qui leur ont été impartis et ce avec brio.

Lomegraph : En tant qu’homme, comment êtes-vous senti durant les deux semaines de challenge ?

Tony Amétépé : Moi je l’ai plutôt bien vécu. Pour nous organisateurs, c’était bien vécu quand même. On était heureux de les voir s’affirmer de cette façon-là que d’habitude.

Lomegraph : Avez-vous senti une certaine réserve ou frustration à l’endroit de vos collègues hommes ?

Tony Amétépé : Non, pas du tout. Moi, je pense que les hommes de Sigma Corporation ont fait preuve d’une excellente maturité et responsabilité en mettant toutes les conditions en place ou en créant le cocon idéal à ces femmes-là de se mettre en avant et de pouvoir assumer correctement leurs rôles.

Lomegraph : Partagez avec nous quelques moments forts du challenge ?

Tony Amétépé : L’instant phare qui m’a marqué, c’est la première journée où la première candidate s’est illustrée en recadrant certains collaborateurs qui ont dévié ou ont failli prendre le jeu au dépourvu comme une plaisanterie, mais le recadrage a été direct et je pense que ça a été même le grand défi de la compétition qui a permis à ces différentes candidates de le prendre au sérieux. Après la première journée, il y a eu également le passage de la maman de la maison qui nous a aussi maternés d’un moment. Ce fut également des moments plaisants. Quoi qu’il en soit toutes les candidates ont marqué à leur façon chacune des journées où elles ont su incarner le rôle de General Manager.

La Best Woman Manager en pagne du 8 mars recevant son prix

Lomegraph : Y’a-t-il une action d’une candidate qui restera inoubliable dans votre esprit ?

Tony Amétépé : Moi je les prends toutes. Il n’y a pas d’individualité qui m’ait marqué. Chacune des candidates m’a impressionné dans son style et dans son genre.

Lomegraph : Bien qu’un challenge interne, « Best Woman Manager 2021 » a suscité beaucoup d’intérêts à travers les plateformes. Avez-vous un projet d’extension de l’initiative ?

Tony Amétépé : Toute œuvre est appelée à être améliorée et nous pensons que les années prochaines le concours prendra un autre tournant. Nous allons travailler d’ores et déjà à pouvoir l’améliorer pleinement en différents modes et pourquoi pas faire intervenir d’autres femmes, pas forcément celles de l’agence, mais l’ouvrir à la participation d’autres femmes également.

Lomegraph : Que pensez-vous de la journée du 08 mars ?

Tony Amétépé : Généralement pour moi, il y a souvent amalgame au cours de cette journée où les gens pensent que c’est juste une journée dédiée aux femmes. Or, il s’agit de parler de la lutte acharnée que les femmes ont menée durant un bout de temps avant d’arriver à pouvoir obtenir certains droits, à pouvoir les matérialiser, à pouvoir en profiter aujourd’hui. Çà doit être une journée où en principe les femmes doivent être en avant. Çà ne doit pas s’arrêter au simple fait où on se réjouit, où dire oui la femme si, la femme çà, mais concrètement on doit voir les femmes qui agissent au quotidien pour métamorphoser leur environnement, pour changer la donne ou s’investir davantage au même titre que les hommes.

Lomegraph : Si on vous demandait de donner un conseil précieux à la gente féminine. Que diriez-vous ?

Tony Amétépé : Femmes, vous avez du potentiel. Vous avez énormément des choses en vous que le monde a besoin de voir. Agissez, foncez, le succès est au bout du chemin.

Lomegraph : Votre mot de fin ?

Tony Amétépé : Je dirai merci à la Direction Générale de Sigma Corporation et à toutes les personnes qui ont manifesté de l’intérêt à ce que cette première édition soit une réussite. Tout n’a pas été rose. Il y’a des points où on pouvait mieux faire, mais je pense que les éditions prochaines nous permettront d’arriver à cette phase-là. Je remercie au passage toutes les différentes cellules qui se sont investies pour que la première édition de « Best Woman Manager » soit réussie. Je fais référence à la cellule digitale, la cellule pige, la cellule média ainsi que la cellule création sans laquelle on n’aurait pas eu de si belles images. Félicitations aux candidates qui ont su brillamment nous épater par leurs différentes performances.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *