Interview : Honorine « le nombre d’abonnés sur les réseaux a évidemment un impact sur les revenus de l’entreprise. »

Le monde entier frappé par la pandémie de la Covid-19 a pu se rendre compte de l’utilité du digital. En…

Parredaction Catégorie Economie le 14 août 2020 Étiquettes : , , ,

Le monde entier frappé par la pandémie de la Covid-19 a pu se rendre compte de l’utilité du digital. En effet, la plupart des entreprises se sont tournées vers les réseaux sociaux qu’ils utilisent comme des canaux de communication vis-à-vis de leurs divers clients.

Facebook, Twitter, Instagram sont entre autres les réseaux les plus prisés par ces entreprises. Des visuels aux capsules vidéos, tous les moyens sont bons pour récupérer une communauté conséquente.

Au Togo, les entreprises ne se sont pas dérobées à cette pratique. La plupart des jeunes entreprises sont à la recherche perpétuelle de nouveaux abonnés sur les réseaux sociaux. Dans quel but ?
Dans une interview, Honorine AKOLLOR (Vase de Neige sur les réseaux sociaux), jeune entrepreneure togolaise, nous parle des effets des réseaux sociaux sur son entreprise.

Lomegraph : Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ?

Honorine : Milkhouse Lomé a vu le jour il y un an dans le quartier Djidjolé où nous servions nos clients dans le jardin d’une amie. Nous sommes un bar de Freak Shake. Le Freak Shake est un dessert gourmant fait à base de glace spécialement. Ce n’est pas très fréquent ce genre de spécialisation dans la restauration dans nos milieux. Nous avons apporté une certaine originalité.

Lomegraph : 12000 abonnés sur Instagram, 400 sur twitter, 653 sur Facebook, ce n’est pas mal pour une jeune entreprise qui a juste 1an. C’est quoi votre secret ?

Honorine : Tout d’abord je tiens à remercier notre communauté sur les réseaux. A Lomé, quand on présente des projets innovants, c’est déjà un atout pour booster son entreprise. Et aussi, j’ai su m’entourer d’une bonne équipe pour assurer la communication de Milkhouse Lomé. L’année passée, nous avions même eu la visite de Miss Ghana. Elle voyait nos produits sur les réseaux sociaux et lorsqu’elle était de passage à Lomé, elle a fait un tour chez Milkhouse Lomé. Vous imaginez ! … C’était un honneur en fait.

Lomegraph : En quoi ces chiffres impactent-ils Milkhouse ?

Honorine : Le nombre d’abonnés sur les réseaux a évidemment un impact sur les revenus de l’entreprise. Je ne dirai pas que tous mes abonnés sont déjà passés consommer. Mais, je dirai qu’une grande partie est déjà passée au moins une fois.

Lomegraph : Selon vous, qu’est-ce que les réseaux sociaux peuvent apporter aux jeunes entreprises ?

Honorine : La communication digitale est devenue un domaine ayant un réel impact sur les chiffres d’affaires d’une entreprise. En s’entourant des personnes ressources pour s’occuper de la communication digitale, votre boîte sera sans doute fleurissante. C’est un domaine à ne pas négliger. C’est le nouveau canal de publicité.

Lomegraph : Comment votre entreprise a-t-elle survécu face à la crise de la Covid-19 ?

Honorine : Sans vous mentir, la crise sanitaire de la Covid-19 a eu un réel impact négatif sur Milkhouse Lomé comme toutes les entreprises dans la restauration d’ailleurs. Nous avons dû fermer pour au moins 3 mois. Malgré la réouverture, la crise n’étant pas encore passée, la clientèle est toujours réticente à sortir, voulant éviter les risques. Mais, nous sommes confiants que tout cela passera bientôt.

Lomegraph : Merci Mlle AKOLLOR !

Honorine : C’est moi qui vous remercie.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *