mercredi, septembre 22, 2021


Inde/Covid-19 : la propagation du virus oblige un reconfinement

L’Inde subit de plein fouet la crise du coronavirus. Ses deux principales villes comme New Dehli et Bumbai sont devenues…

Parredaction Catégorie Santé le 17 juillet 2020 Étiquettes :


L’Inde subit de plein fouet la crise du coronavirus. Ses deux principales villes comme New Dehli et Bumbai sont devenues des nouveaux foyers de contamination à grande échelle.

D’autres grandes villes, ayant été épargnées jusqu’à présent, reprennent le flambeau avec une augmentation inquiétante des cas de contamination. Ainsi, on déplore déjà une hausse de 5 à 10% du nombre de cas du Bihar et de Bangalore.

La situation dans Bihar et Bangalore

À partir du 16 juillet, les 125 millions d’habitants de l’État de Bihar au nord du pays sont priés de rester chez eux. Avec 20 000 cas et 150 morts, Bihar, qui est l’une des régions les plus pauvres de l’Inde, va devoir recourir aux moyens drastiques pour minimiser l’impact de la pandémie. De ce fait, les commerces, les bureaux et les moyens de transports resteront fermés jusqu’au 31 juillet.

lire aussi: https://lomegraph.com/covid-19-denormes-pertes-economiques-en-2020-pour-uniwax-s-a/

En parallèle, Bangalore, une ville beaucoup plus riche et comptant environ 13 millions d’habitants, entre en confinement le 15 juillet pour une semaine. La pénurie de médecins sera le véritable problème, puisque l’administration médicale ne s’était pas préparée à une recrudescence de la maladie

Des mesures gouvernementales prises à New Dehli et Bombay

L’épidémie a été déclarée à Delhi, à Haryana et dans d’autres villes en mars dernier où des mesures avaient été prises. De nombreux établissements commerciaux ont été fermés. L’Inde a, également, suspendu tous les visas de touristes, car la majorité des cas confirmés étaient liés à d’autres pays.

Après un test du confinement le 22 mars pour toute l’Inde, puis le 23 mars, un confinement avait été déclaré en incluant 80 villes dont nombreuses grandes villes comme Bombay et Delhi. Le Premier ministre Narendra Modi a ordonné, le 24 mars, un confinement total du pays (qui comprend 1,3 milliard d’habitants), pendant trois semaines pour lutter contre la pandémie. Il a déclaré au cours d’une adresse télévisée à la nation : « À compter de minuit aujourd’hui, tout le pays va entrer en confinement. Pour sauver l’Inde, pour sauver chaque citoyen, vous, votre famille ».

Une demande avait été faite à la cour suprême, afin de contraindre les médias à se référer « exclusivement à la version officielle de la situation » et à « reprendre le bulletin de santé du pays ». La gestion de la crise par le gouvernement de l’État du Kerala, au sud de l’Inde, est largement saluée.

De manière générale, à New Delhi et Bombay, d’importants moyens ont été déployés ces derniers mois. En conséquence, on assiste désormais à une stabilisation du nombre de cas. Cependant, le virus progresse rapidement dans presque toutes les régions indiennes, en particulier le Sud et l’Est. Le pic national de la contamination ne serait pas atteint avant plusieurs mois.

Pour rappel, avec une population jeune, le deuxième pays le plus peuplé du monde n’a pas connu un taux de mortalité très important malgré ses 900.000 cas confirmés.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *