INAM : une décennie dans l’assurance maladie au Togo

Au Togo, l’Institut National d’Assurance Maladie (INAM) célèbre en ce mois de mars 2022, une dizaine d’années de prestation dans…

Parredaction Catégorie international le 14 mars 2022 Étiquettes : , ,


Au Togo, l’Institut National d’Assurance Maladie (INAM) célèbre en ce mois de mars 2022, une dizaine d’années de prestation dans l’assurance maladie au profit du personnel des administrations publiques. En une décennie d’existence, l’établissement public a pratiquement doublé le nombre de ses prestataires annuels.

“Né de la volonté politique et de l’engagement des plus hautes autorités du pays de faciliter l’accès aux soins de qualité aux populations togolaises, le régime obligatoire d’assurance maladie des agents publics et assimilés est institué par la loi N°2011-003 du 18 février 2011”, rappelle l’institut auquel la gestion de ce régime a été confiée, avec pour mission d’assurer la couverture des risques liés à la maladie, aux accidents et maladies non professionnels et à la maternité des agents publics et de leurs ayants droit.

Une décennie : l’INAM en chiffres

INAM : une décennie dans l’assurance maladie au TogoEn chiffres, le nombre des bénéficiaires annuels de l’INAM est passé de 209 000 aux débuts en 2012, à 426 000 en 2021. Dans le même temps, les prestations ont également pratiquement triplé sur la période : les consultations ont par exemple connu une croissance de 137 000 à 405 000, tandis que la moyenne annuelle des analyses s’est établie à 482 455.

Au cours de ces dix années, le nombre de prestataires partenaires de l’INAM a progressivement augmenté. “Les prestataires de soins qui étaient sceptiques au départ ont progressivement fait confiance à l’INAM. En dix (10) ans, le nombre de prestataires conventionnés a évolué très rapidement; il est passé de 953 en 2012 à 1442 en 2021”, indique l’établissement public. Parallèlement, les médicaments remboursés par l’Institut national d’assurance maladie, étant de 547 175 en 2012 a connu une augmentation de près de 600%.

“Le nombre de prestations prises en charge ou remboursées par l’INAM est en forte progression ce qui prouve que les assurés font de plus en plus recours à l’assurance maladie pour se faire soigner. De la consultation à l’hospitalisation en passant par les actes de biologie ou d’imagerie et surtout des médicaments, la consommation des prestations n’a cessé d’augmenter”, se félicite-t-on du côté de l’institut dirigé par Myriam Dossou D’Almeida.

L’INAM, une expertise patiemment construite, un modèle régional

INAM : une décennie dans l’assurance maladie au TogoAu fil des années, les équipes de l’INAM ont amélioré et développé la qualité et l’étendue des prestations. Construisant grâce à la gestion quotidienne du régime d’assurance maladie, une expertise en matière de gestion du risque maladie. “Cette expertise se traduit dans la conception et le déploiement des outils qui permettent de maîtriser les remboursements de soins à travers le renforcement du contrôle médical, la promotion de la prévention et la maîtrise médicalisée des dépenses”, indique l’établissement public.

Par ailleurs, notons que cette expertise togolaise suscite l’intérêt de plusieurs pays africains. “Tour à tour, des pays comme le Cameroun, la Guinée ou le Burkina Faso se sont rapprochés, afin de s’imprégner du modèle et réussir leurs processus respectifs“, peut on lire sur portail officiel de la République Togolaise.

Préalablement destinés  aux seuls agents de l’administration publique, les prestations de l’INAM couvrent aujourd’hui d’autres catégories professionnelles; seniors, volontaires, artisans, journalistes, étudiants, ou encore architectes. Des structures du secteur privé ont également confié à l’INAM la couverture maladie de leurs personnels, près de 2000 personnes sont d’ores et déjà recensées. L’Institut s’est également vu confier la gestion de l’assurance maladie universelle (AMU), un projet de la feuille de route gouvernementale 2020-2025.

Klétus Situ

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.