Togo/Education : « le nouveau ministre est un enseignant et il saura tirer l’éducation togolaise vers un meilleur niveau », Hounsime Sènon

Hounsime Sènon est le Secrétaire Général de la Fédération des Syndicats de l’Education Nationale (FESEN). Le syndicaliste à travers le…


[bsa_pro_ad_space id=4]

Hounsime Sènon est le Secrétaire Général de la Fédération des Syndicats de l’Education Nationale (FESEN). Le syndicaliste à travers le FENESEN, apprécie la nomination du professeur Komla Dodji Kokoroko à la tête du ministère en charge des enseignements primaire et secondaire. Pour le Secrétaire général, comme le nouveau ministre est un enseignant, il saura tirer l’éducation togolaise vers un meilleur niveau.

C’est la déclaration faite par le Hounsime Sènon de la FESEN dans le cadre de la journée mondiale de l’enseignant. Cette journée a été célébrée lundi dernier au Togo.

Prof Kokoroko, un atout pour les enseignants selon Hounsime Sènon

En effet, M. Dodji Kokoroko précédemment président de l’Université de Lomé a intégré le gouvernement Tomegah-Dogbé la semaine dernière. Dans son nouveau portefeuille, Dodji Kokoroko aura pour tâche de gérer le ministère des enseignements primaire et secondaire.

Une nomination qui visiblement fait la fierté des enseignants notamment la FESEN. Ce syndicat estime que le nouveau ministre saura, de ce fait, apporter des solutions innovantes dans le secteur éducatif et combler en moyenne les attentes des enseignants dont Hounsime Sènon.

Hounsime Sènon, parle des défis qui attendent le nouveau ministre

Dans son intervention, Hounsime Sènon a soufflé quelques défis majeurs qui attentent le nouveau locataire du ministère en charge de l’éducation primaire et secondaire. « Il sait qu’aujourd’hui avec la pandémie virale au coronavirus, que nous aurons besoin des mesures de distanciation pour permettre aux apprenants d’être à l’aise dans les classes et permettre également aux enseignants de faire un travail efficace », a indiqué le secrétaire.

« Donc, il faut construire de nouveaux bâtiments ou des appâtâmes améliorées et à les équiper respectant la distanciation sociale. Aussi, il faut mettre les dispositifs de lave-mains dans toutes les écoles pour permettre aux enseignants et aux élèves d’être sécurisés par rapport à leur santé, recruter des enseignants, etc. », a-t-il poursuivi.

« Nous avons d’autres doléances qui attendaient. Pour exemple, le protocole d’accord signé en 2018 n’est pas respecté à ce jour. Je crois que le ministre saura se tirer d’affaires pour que le minimum soit disponible », a ajouté Hounsime Sènon.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *