mercredi, septembre 22, 2021


Harcèlement sexuel au Togo : les responsables de l’OTR sensibilisés sur le sujet

Le sujet du harcèlement sexuel au Togo a regroupé les responsables de départements de l’Office Togolais des Recettes (OTR) et…

Parredaction Catégorie Dossiers le 14 décembre 2020 Étiquettes : , , , , , , ,


Le sujet du harcèlement sexuel au Togo a regroupé les responsables de départements de l’Office Togolais des Recettes (OTR) et l’association Africa Femmes Initiatives Positive (AFIP). L’initiative de AFIP Togo a été l’occasion pour les employés de cette institution étatique d’en savoir plus sur la question relative au harcèlement sexuel au Togo.

D’après la présidente de l’AFIP Togo, Faramammiè KADJE, le harcèlement sexuel est un phénomène social. Beaucoup de personnes (femmes et hommes) souffrent souvent en silence quand elles sont victimes. L’OTR étant une grande institution réunissant plusieurs personnes, l’AFIP a jugé important de formuler une requête pour sensibiliser son personnel sur le sujet.

Harcèlement et drague, deux mondes différents

Selon les explications du Professeur Kokou Dassa, psychiatre et conférencier, il y a une grande nuance entre le harcèlement et la drague. Puisque, nombre de personnes le considère comme une forme de drague.

« Le harcèlement est une violence. La drague n’est pas une violence. C’est une recherche de consentement tandis que le harcèlement est une contrainte imposée à l’autre contre son gré ». Souvent d’ordre physique, moral ou sexuel, cette contrainte peut entrainer des dommages sur la santé physique, mentale, les rendements au travail et sur la société toute entière.

Les employés de l’OTR invités à rompre le silence

D’après Kokou Dassa, la première chose à faire quand on est victime d’harcèlement sexuel au Togo est d’avoir le courage d’en parler à une personne de confiance. « Le simple fait d’en parler est en même temps commencer par chercher un début de solution. C’est le silence qui tue », a-t-il lancé.

Ainsi, le directeur des ressources humaines de l’OTR a invité ses collègues à rompe le silence. « Si quelqu’un ou quelqu’une est victime du harcèlement, qu’il n’hésite pas à dénoncer la personne. Vous aurez une oreille attentive », a indiqué Kwami Edjidomele. « Le commissaire générale est très regardant sur ces questions. Ne restez pas là, Ne souffrez pas du harcèlement sexuel », a-t-il ajouté.

Le harcèlement sexuel au Togo, de lourdes sanctions

Le nouveau code pénal togolais a prévu notamment en son article 400, des peines pour les personnes coupables de harcèlement sexuel au Togo. Après dénonciations, si les harceleurs sont vraiment coupables, ils encourent des sanctions pénales.

C’est ce qu’a expliqué Bénédicte Kadika, juge au tribunal de Lomé. « La peine, c’est qu’elle est punie d’un à trois ans d’emprisonnements et d’une amande d’un à trois millions de FCFA. Tout dépendra des circonstances », a-t-elle précisé.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *