dimanche, janvier 17, 2021


Guinée : Les habitants de Kankan en colère à cause de la coupure d’électricité

L’électricité est un domaine scientifique et technique relativement récent qui s’est développé au 19e siècle et qui s’impose dans de…

Paradmin Catégorie Société le 9 juillet 2020

L’électricité est un domaine scientifique et technique relativement récent qui s’est développé au 19e siècle et qui s’impose dans de très nombreuses réalisations techniques. Elle a connu un développement relativement récent puisqu’il remonte, pour l’essentiel, au milieu du 19ème siècle. Toutefois, de nos jours, ce développement est devenu extrêmement rapide et conditionne de nombreux secteurs de l’activité humaine.  Ce qui fait qu’aujourd’hui l’on ne saurait se passer de l’électricité.

Cependant, bien que son utilisation soit ancrée dans les habitudes, l’on a du mal à subir des coupures d’électricité, ne serait-ce que pour quelques heures. Malheureusement, en Guinée la coupure de l’électricité est monnaie courante et peut durer des jours. Ce qui suscite la colère des populations en général et celle de Kankan en particulier.

Face à ces délestages, Plusieurs dizaines de jeunes étaient dans les rues de Kankan pour exprimer leur colère. Ce mouvement d’humeur est symbolique, puisqu’il s’est produit pour la troisième fois depuis quelques jours, dans cette ville considérée comme le fief du président, Alpha Condé.

Il faut souligner que cette mobilisation est initiée par le Mouvement pour l’électrification de la Haute-Guinée. Ce mouvement réclame la construction d’un barrage hydro-électrique et une centrale solaire. Selon le porte-parole du mouvement, Mamadou Kaba, deux projets sont restés lettre morte ces dernières années. 

Il a ajouté que « La première pierre d’un barrage hydro-électrique a été posée en 2012 et le délai d’exécution était de 24 mois. Donc entre 2012 et 2020, le projet n’a pas vu le jour. »

Aussi, Mamadou Kaba a précisé que « En 2015, il y a eu un deuxième projet de centrale solaire, dont le délai d’exécution était de dix-huit mois. Il n’y a pas eu de suite. Nous considérons ces projets comme du tape-à-l’œil. »

Pour un des manifestants contre la coupure de l’électricité, « Certains quartiers peuvent être cinq jours, une semaine, sans courant. On a envoyé tellement de groupes de Conakry et à chaque fois que les groupes arrivent, pas un mois de fonctionnement. Il lâche et c’est les problèmes qui commencent… ».

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *