Guinée : Alpha Condé, candidat pour un troisième mandat

Tout comme en Côte d’ivoire avec Alassane Ouattara, Alpha Condé, le président guinéen est lui aussi candidat pour un troisième…

Parredaction Catégorie Politique le 2 septembre 2020 Étiquettes : , , , ,

Tout comme en Côte d’ivoire avec Alassane Ouattara, Alpha Condé, le président guinéen est lui aussi candidat pour un troisième mandat. La présidentielle en Guinée est prévue pour le 18 octobre prochain.

L’annonce de sa candidature a été faite par son parti, le lundi 31 août, via un communiqué sur les médias. Elle a été fortement voulue par ses militants qui le lui ont expressément demandé. Ce scénario prévisible et comme « déjà vu ailleurs » ne semble plus surprendre. Toutefois, cette candidature de plus suscite déjà des contestations de la part de l’opposition et de la société civile.

Une candidature justifiée

Sollicité depuis la convention de son parti, Alpha condé a au final répondu favorablement à l’appel de ses militants. Cette situation particulière a donc poussé son parti, le RPG Arc-en-ciel, a annoncé lui-même sa candidature. Car le parti est, pour cette fois-ci, demandeur contrairement au passé ou l’intéressé s’est lui-même prononcé sur sa candidature.

Les membres du parti motivent la candidature d’Alpha Condé par son bilan qualifié d’éloquent. Aussi, ils estiment ne pas avoir de candidat compétent et expérimenté autre que lui. « Nous pensons qu’il faut ce mandat pour pouvoir finaliser ses travaux », a déclaré Papa Koly Kourouma, porte-parole de la Codecc.

Le parti assure ne pas vouloir abandonner des acquis aussi importants. C’est-à-dire garantir la réalisation d’une vision concrète qui concoure au développement de la Guinée. Celle de permettre à la jeunesse guinéenne d’être maitre de son destin et un exemple pour les autres pays africains.

Une reprise probable des manifestations

Comme l’on s’y attendait, l’opposition guinéenne n’a pas tardé à réagir à cette annonce. Elle a vivement condamné cette troisième présentation aux élections présidentielles d’Alpha Condé. Pour elle, la démocratie est en recul avec cette représentation de plus du président guinéen.

Par conséquent, les manifestations contre ce troisième mandat risqueraient de reprendre. Car les Guinéens ne sont plus d’humeur à cautionner un maintien au pouvoir, ni un coup d’Etat constitutionnel. « Les manifestations vont reprendre effectivement contre la confiscation du pouvoir », a déclaré Ibrahima Diallo, chargé des opérations du FNDC.

Alors la CEDEAO est appelée à intervenir au plus tôt pour éviter le drame et des morts. De ce fait, l’institution sous régionale devrait prendre au plus vite ses responsabilités pour préserver la paix et la stabilité en Guinée.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *