Togo/Gestion des espaces frontaliers: les maires et les préfets formés

La gestion des espaces frontaliers est un préoccupations majeure dans une démarche visant une bonne coopération entre les états. Cependant,…


La gestion des espaces frontaliers est un préoccupations majeure dans une démarche visant une bonne coopération entre les états. Cependant, même si la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) prône la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace communautaire, force est de constater que l’idée a du mal à se matérialiser sur le terrain. Pour pallier à cela, les préfets et les maires des zones frontalières du Togo ont été formés, mercredi, à Lomé.

Le Togo partage des frontières avec le Bénin, le Ghana et le Burkina-Faso. Des points de passage stratégiques pour les personnes et les biens, générateurs d’intégration. C’est pour mieux gérer les espaces frontaliers et favoriser la libre circulation que les préfets et les maires ont été formés.

Pour une efficacité dans la gestion des espaces frontaliers

S’il n’existe pas de litige frontalier issu de la colonisation, la gestion des espaces frontaliers n’est pas nécessairement très efficace.

« Les frontières togolaises sont restées pendant longtemps sans véritable gestion », reconnaît Lardja Douti. Il est le secrétaire permanent de la commission nationale de délimitation des frontières (CNDF).

A en croire Lardja Douti, le problème n’est pas territorial, mais humain. « Il faut faciliter les déplacements et prendre en compte les populations riveraines », a-t-il expliqué.

Selon lui, le défi qui reste, c’est la prise en compte des populations des zones frontalières. Chacun des pays doit donc profiter de cette bonne coopération transfrontalière pour améliorer les conditions de vie des populations.

La prise en compte des préoccupations des riverains

L’efficacité dans la gestion des espaces frontaliers requiert la prise en compte des besoins quotidiens des populations. « Dans le processus de la réaffirmation de nos frontières, il faut prendre en compte le quotidien des habitants qui circulent d’un pays à l’autre pour le commerce ou pour visiter leurs proches », souligne M. Douti.

Les préfets et les maires seront appelés à jouer un rôle déterminant. La GIZ (Coopération allemande) aidera le Togo dans ce sens.

Soulignons que l’Allemagne fidèle à sa politique de développement à la base a pensé aux communautés frontalières. Ceci, à travers son Programme Frontière de l’Union Africaine (PFUA).

Il faut rappeler que la GIZ avait déjà accompagné le Togo et le Benin dans le lancement officiel des travaux de bornage de leur frontière commune.

Lire aussi: Togo/Covid-19 : ProDeGoL appuie treize communes à sensibiliser des centaines de milliers de personnes

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *