dimanche, octobre 17, 2021


Education : un enseignant s’indigne suite à son affectation au ministère de la Fonction Publique

Un enseignant togolais est très remonté contre les ministres en charge de l’Education et de la Fonction Publique. Il s’agit…

Parredaction Catégorie Société le 14 octobre 2021 Étiquettes : ,


Un enseignant togolais est très remonté contre les ministres en charge de l’Education et de la Fonction Publique. Il s’agit de Bouraïma Naboudja, enseignant en philosophie, pour le compte de l’enseignement technique.

En effet, l’enseignant en colère dénonce son affectation dans les bureaux du ministère de la Fonction Publique. Il dit n’avoir soumis aucune demande préalable et ne souffre d’aucune quelconque maladie qui l’empêche de transmettre les cours.

Bouraïma Naboudja ne veut pas d’un bureau au ministère de la Fonction Publique

Selon Bouraïma Naboudja, les mutations des enseignants doivent se faire avec des preuves à l’appui. Si c’est le cas, alors « sur quelle base je me retrouve alors dans les bureaux de l’enseignement technique puis mis à la disposition de la fonction publique ?» S’est-il interrogé dans une note vocale et écrite publiée sur les plateformes WhatsApp.

Education : un enseignant s’indigne suite à son affectation au ministère de la Fonction PubliqueAinsi, l’enseignant qui ne cesse de faire parler de lui par ses actions syndicalistes, pense que son cas devient une jurisprudence. Puisque, déplore-t-il, la façon dont je suis traité par l’employeur n’a aucun fondement juridique ni éthique.

« Je crois que si le droit doit être dit, tous ceux qui ont été jetés injustement dans les bureaux sans tenir compte de leurs compétences professionnelles devraient sans conditions être rétablis dans leurs droits professionnels sans tambour battant », a-t-il indiqué.

Bouraïma Naboudja accuse le ministère de la Fonction Publique d’actes de torture

« Je tiens à vous rappeler que c’est une torture psychologique et morale d’affecter un agent de l’État sans tenir compte de ses compétences professionnelles », s’est adressé aux ministres de l’éducation et de la Fonction publique.

Selon l’enseignant Bouraïma Naboudja, la torture sous toutes ses formes est un crime imprescriptible contre l’humanité. « J’ai le droit de réclamer mes droits, pour cela, je ne fais aucun doute que ma revendication pour cette fois-ci, ne traînera plus après 4 affectations sans fondement », a-t-il relevé.

Il faut rappeler que le syndicaliste a affirmé avoir subi en 4 ans, 4 affectations punitives et arbitraires. En bon Camarade, il a dans sa note, invité les responsables syndicaux à ne pas abandonner le monde du travail.

Lire aussi: Journée Mondiale des Enseignants : Salaire maigre (5000 F) et impayé, le cri de cœur des enseignants volontaires du Togo

 

 

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *