dimanche, octobre 17, 2021


Fêtes de fin d’année : les pétards ne sont pas les bienvenus au Togo

Pour les fêtes de fin dannée, les pétards, véritables accessoires lors de certains regroupements festifs comme au nouvel an, ne…

Parredaction Catégorie international le 22 décembre 2020


Pour les fêtes de fin dannée, les pétards, véritables accessoires lors de certains regroupements festifs comme au nouvel an, ne sont pas les bienvenus sur le sol togolais. Les Togolaises et Togolais sont privés de ce dispositif et ils devraient célébrer les fêtes de fin dannée sans pétards.

A travers un communiqué, le ministère de Sécurité et de la Protection Civile a tenu à le rappeler à toute la population togolaise. En fait, les autorités togolaises ont, depuis décembre 2017, pris un arrêté relatif à l’utilisation des pétards.

Une interdiction formelle pour les fêtes de fin dannée

Par arrêté du 28 décembre 2017, le gouvernement a interdit la « vente ou l’utilisation de feux d’artifices individuels ou de pétards lors du Nouvel An ». Après deux ans, cette mesure est toujours en vigueur. À quelques jours de Noël et de nouvel an, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Yark Damehane, le rappelle à tous les opérateurs économiques et à la population togolaise.

« (…) l’importation, la vente et l’usage de pétard assourdissants et autres objets du genre qui troublent la tranquillité et la quiétude des populations sont et demeurent rigoureusement interdits sur l’ensemble du territoire national », stipule le communiqué.

Pour rappel, un pétard « est un dispositif explosif de faible/forte puissance principalement utilisé pour la déflagration bruyante qu’il produit ». Le dispositif participe, entres autres, à l’ambiance de certains rassemblements populaires et fêtes. Certains modèles de pétards explosent fort et peuvent blesser ou mutiler, quand ils sont mal utilisés.

Une interdiction justifiée

Selon le gouvernement, cette mesure vise à offrir des moments de fêtes de fin dannée sans drame aux Togolais. Le but de l’interdiction, avait-il avancé en 2017, est de prévenir les incendies accidentels, liés à de mauvaises manipulations de ces dispositifs explosifs.

Aussi, il s’agit de limiter, au mieux, les incendies volontaires de maisons ou de voitures ainsi que les intentions malveillantes. Etant donné que la sous-région fait face à une situation sécuritaire tendue marquée par des attaques terroristes.

Pour une meilleure application de cette disposition, le ministre Yark en appelle au sens de civisme et de bonne compréhension de toute la population togolaise. « Des instructions spécifiques sont données aux forces de sécurité pour procéder à leurs saisis, traquer et au besoin interpeler tout contrevenant », précise le communiqué.

Lire aussi : Togo/fêtes de fin d’année : l’hypothèse de couvre-feu confirmée

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *