Exploitation minière au Togo: les opérateurs à l’école de la bonne gouvernance du secteur

Le gouvernement veut limiter les conflits liés à l’exploitation minière au Togo. Plusieurs dispositifs textuels ont été mis en place…


Le gouvernement veut limiter les conflits liés à l’exploitation minière au Togo. Plusieurs dispositifs textuels ont été mis en place dans ce sens. Mais ces textes sont souvent ignorés non seulement par les populations, mais aussi par les opérateurs miniers. Ces derniers ont été outillés les 22 et 23 octobre 2020 sur la question.

Cet atelier de formation a été lancé par le ministère délégué auprès du Président de la République chargé des Mines et des Energies. La rencontre s’est inscrite dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Développement et de Gouvernance Minière (PDGM).

Promouvoir une meilleure gouvernance minière

Durant les deux jours, les participants se sont imprégnés du contenu de deux principaux dispositifs miniers. Il s’agit du Cadre des Politiques de Réinstallation des Populations (CPRP) et du Mécanisme de Gestion des Plaintes (MGP).

La formation sur ces guides permettra au opérateurs miniers de mieux juguler les problèmes liés à l’exploitation minière au Togo. En effet, cette activité entraine souvent le déplacement des populations, qui se sont installées sur des terrains depuis de longues dates.

Ainsi, souligne Boukari Ayessaki, Coordonnateur du PDGM au ministère des Mines, déplacer les populations crée énormément de préjudices. « Donc, il fallait doter les secteurs d’un cadre global afin d’accompagner les opérateurs et leur permettre de mieux juguler ces problèmes », a-t-il indiqué.

Assainir l’exploitation minière au Togo

Le pays ne cesse d’entreprendre des initiatives pour promouvoir une bonne gouvernance du secteur d’exploitation minière au Togo. Ainsi, l’Etat a multiplié des actions en vue d’assainir le secteur et permettre à tous les parties prenantes d’en bénéficier.

Présent à l’ouverture des travaux, le Directeur Général des Mines, Sogle Damegare Marcel, a exposé les quelques textes adoptés par les autorités togolaises. Il a entre autres évoqué le code minier ainsi que la loi du 05 mai 2011, dont le décret d’application date de février 2017.

« Au-delà, il y a également la loi-cadre sur l’environnement et différents mécanismes mis en place », a-t-il rappelé. Toutes ces initiatives, a-t-il rappelé, devraient être vulgarisées auprès des acteurs miniers afin de prévenir les conflits pouvant surgir des exploitations minières.

La formation des opérateurs miniers s’inscrit parfaitement dans cette démarche. Le cap sera prochainement mis sur les maires, les chefs traditionnels, les préfets ainsi que les responsables de l’administration publique en charge des mines.

Lire aussi: Togo : vers un meilleur contrôle de la production minière pour tirer plus de revenus

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *