Promotion de l’artisanat au Togo : « Quittons les discours pour les actes concrets », interpelle Mme Esther Kagbara

Esther Kagbara, la promotrice de la plateforme digitale « IYA » s’est prêtée à l’exercice de questions-réponses avec la rédaction de « Lomegraph »….

Parredaction Catégorie Economie le 2 juillet 2021 Étiquettes : , , , , , , ,

[bsa_pro_ad_space id=4]

Esther Kagbara, la promotrice de la plateforme digitale « IYA » s’est prêtée à l’exercice de questions-réponses avec la rédaction de « Lomegraph ». Révolutionner le secteur de l’artisanat au Togo via le digital, tel est le grand défi que s’est lancée cette entrepreneure togolaise. Dans cet entretien exclusif, la cheffe projet revient de long en large sur la création de « IYA » et son application.

Lomegraph : Bonjour Madame Esther Kagbara, parlez-nous de « IYA », ce mot qui fait mouche sur les réseaux sociaux et au sein de l’opinion publique depuis le 16 juin dernier.

Esther Kagbara : « IYA » se définit comme le Google togolais de recherche des artisans. C’est une plateforme dynamique qui met en valeur les artisans et les professionnels de métiers. A ce jour, la plateforme regroupe plus de cent cinquante (150) artisans de divers corps de métiers.

La plateforme IYA a été créée depuis 2020. Pourquoi avoir attendu un an avant de la faire découvrir à la population togolaise ?

IYA, dont la création remonte à 2020 a été soumis à des tests de capacités des artisans. Il fallait tester les artisans afin de s’assurer de leurs compétences et capacités. L’idée, étant d’éviter qu’ils servent du médiocre à la population. C’est à cet exercice crucial que nous nous sommes livrés, ce qui a donc retardé le lancement officiel de la plateforme IYA.

Pourquoi avoir décidé de mettre en place une plateforme dédiée aux artisans ?

Vous n’êtes pas sans savoir que les artisans qui contribuent à hauteur de 18% du Produit Intérieur Brut (PIB) togolais, sont moins visibles sur l’échiquier national. La plateforme IYA a été donc créée pour valoriser le secteur artisanal dans toute sa diversité. Nous voulons non seulement faire la promotion de nos artisans, mais aussi valoriser leurs œuvres.

D’où vous est venu cette idée ? Y-a-t-il une anecdote qui se cache derrière cette solution digitale innovante ? Si oui, laquelle ?

(Rires…) IYA a vraiment une histoire derrière elle. IYA est parti d’un constat personnel suivi d’un petit sondage. En effet, quand nous quittons un quartier pour un autre (déménagement, Ndlr), nous sommes souvent confrontés à certaines situations. Celles-ci ont énormément contribué à la mise en place de cette solution digitale.

Lors des déménagements, ce qui arrive peut-être à bon nombre de personnes, il est extrêmement difficile de trouver des artisans disponibles et professionnels. Solliciter les services d’un menuisier, plombier ou maçon, était la croix et la bannière. Nous nous sommes dits, qu’il fallait trouver une solution pour remédier à ce problème-là.

https://lomegraph.com/plateforme-iya-solution-digitale-pour-les-artisans/

Bricoleuse de nature, j’avais un calepin dans lequel je notais des contacts des artisans avec lesquels, nous avons eu à travailler. Après, je mettais ce calepin à la disposition de mes connaissances, voisins ou amis qui le sollicitaient. Mais, le calepin vieillit et j’avais aussi du mal à le porter régulièrement avec moi, compte tenu de mes obligations professionnelles. Nous avons muri les idées et avons trouvé qu’il serait bien de mettre ce carnet d’adresse à la disposition d’une communauté plus grande.

Concrètement, comment fonctionne « IYA » ?

La plateforme IYA est destinée aux artisans, d’une part, et à la population (ménages), d’autre part. Une fois sur le site, vous pouvez vous inscrire en tant que particuliers pour soumettre un besoin ou artisans pour se faire enregistrer.

Lire aussi : E-commerce: « IYA » lance sa boutique en ligne

En tant que particulier, si vous êtes à la quête d’un menuisier, plombier ou maçon, vous prenez juste votre téléphone et vous émettez votre besoin. Les artisans situés dans votre zone vont répondre et vous aurez plusieurs propositions. Vous allez donc choisir l’artisan qui viendra exécuter la tâche en fonction de son devis et de son professionnalisme. IYA est, à ce jour, disponible sur Playstore pour les téléphones Android et sur le site web www.iyatg.com.

Promotion de l’artisanat au Togo : « Quittons les discours pour les actes concrets », interpelle Mme Esther Kagbara

Nous disposons aussi d’une vitrine d’exposition des œuvres artisanales du Togo en particulier et de l’Afrique en général. Il faut préciser que pour choisir nos artisans, nous misons sur la qualité, le professionnalisme afin de ne proposer que des artisans hautement qualifiés à nos clients.

Pourquoi une mutation aujourd’hui vers l’application mobile ?

Le digital est en plein essor et IYA voudrait aller dans cette même lancée. Nous avons mis en place une application mobile qui est disponible sur Play store afin de faciliter la tâche aux clients. L’application permet aux utilisateurs d’entrer facilement en contact avec les artisans. Pour trouver l’application, il suffit de saisir « IYA » dans la barre de recherche sur Play store et l’installer.

Mme Esther Kagbara, pensez-vous  pouvoir mettre à disposition des clients, tous les corps de métiers en fonction des besoins divers ?

Nous faisons les choses de façon évolutive. Ainsi, nous avons la ferme conviction que d’ici 2022, nous parviendrons à mettre à disposition de la population tous les corps de métier.

Sur quels critères sélectionnez-vous les artisans constituant votre base de données ?

Il faut dire que rien n’est fait au hasard à IYA. Nous partons d’abord de la visualisation, peut-être nous avons vu des œuvres qui nous ont attirées. Une fois cette étape franchie, nous mettons les artisans à l’essai. Ils procèdent à des réalisations que nous apprécions. Après, nous jugeons la qualité et l’efficacité de leurs travaux, en tenant justement compte des comportements de ces derniers sur les lieux de travail. La rapidité et la rigueur dans la réalisation de la mission sont fortement exigées.

Il est vrai que « IYA » est destinée aux artisans. Mais pensez-vous que tous sont ou seront réceptifs au projet ? 

Le plus important pour nous, ce n’est pas la quantité mais la qualité du travail que l’artisan fournit ainsi que la satisfaction qu’il apporte aux clients. Il est évident que l’initiative soit diversement accueillie par tous les artisans. Nous travaillons avec ceux qui le désirent et surtout avec les meilleurs.

Quelles sont les particularités de « IYA » ? Qu’est-ce qui vous distingue de la concurrence Mme Esther Kagbara ?

Chez IYA, nous mettons l’accent sur le travail bien fait de nos artisans. Les clients ont la possibilité de noter le travail effectué par les artisans afin qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes.

Promotion de l’artisanat au Togo : « Quittons les discours pour les actes concrets », interpelle Mme Esther Kagbara

Aussi, nos sites sont facilement accessibles, avec l’application mobile qui simplifie non seulement la tâche aux clients mais aussi aux professionnels de métiers. IYA est également une plateforme qui veut servir de pont entre les artisans et la population. La rigueur dans l’exécution des tâches étant de mise.

Depuis l’idéation à la mise en place de ce projet, vous avez certainement été confrontées à de nombreuses difficultés ? Lesquelles Mme Esther Kagbara ?

J’évoquerai le partenariat avec les institutions. Nous devons à un moment quitter les discours pour passer aux actes concrets. Ces actes concrets permettront au secteur de l’artisanat de mieux se positionner. Je profite de cette occasion pour dire un sincère merci à toutes les institutions qui nous ouvrent les portes. J’espère vivement que les autres institutions emboiteront le pas afin de hisser ensemble très haut l’artisanat togolais.

Madame Esther Kagbara, comment l’entreprise IYA assure ou compte assurer sa survie financière ?

J’avoue que supporter les charges financières n’est pas du tout facile mais nous tenons le coup. Ce n’est pas du tout évident pour une startup de faire face aux charges financières. Pour l’heure, nous travaillons sur la base d’un modèle économique bien huilé que nous nous abstenons de dévoiler. Nous profitons de cette occasion pour lancer un appel aux médias, aux différents partenaires du secteur informel de mettre la main à la pâte pour qu’ensemble nous portons très haut le secteur de l’artisanat au Togo.

Promotion de l’artisanat au Togo : « Quittons les discours pour les actes concrets », interpelle Mme Esther Kagbara

En tant que promotrice, quelles sont vos perspectives ?

Actuellement au Togo, nous nous positionnons comme le Google de recherche des artisans. Nous couvrons la capitale, Lomé et nous comptons élargir nos activités dans les autres régions du Togo. Nous envisageons aussi l’Afrique de l’ouest et pourquoi pas s’étendre dans toute l’Afrique.

Il faut souligner que nous sommes conscients du fait que tous les artisans n’ont pas une maitrise accrue de l’outil digital. Nous prévoyons d’ici les prochains jours organiser des séances de formations pour les mettre à niveau sur l’usage des outils digitaux afin qu’ils puissent utiliser efficacement l’application mobile IYA.

Votre mot de fin Madame Esther Kagbara

Je profite de ce canal pour dire un grand merci à toute la population togolaise. Nous vous invitons à télécharger massivement l’application mobile IYA et à l’essayer. Nous vous assurons que vous ne serez pas déçu. Nos artisans sont compétents et professionnels.

Promotion de l’artisanat au Togo : « Quittons les discours pour les actes concrets », interpelle Mme Esther KagbaraLes produits que nous proposons dans notre boutique en ligne sont aussi de qualité. Je remercie non seulement les médias qui nous soutiennent, mais aussi ceux qui œuvrent inlassablement pour la promotion de l’artisanat togolais. Je lance un appel spécial à l’endroit des différentes institutions afin qu’ils puissent porter main forte à ce projet qui s’investit dans la valorisation de l’artisanat au Togo.

 

Interview réalisée par Christelle Agnindom

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *