Burundi


L’élection présidentielle burundaise de 2020 a lieu le 20 mai 2020 afin d’élire le président de la République du Burundi. Des élections législatives et municipales ont lieu en même temps que le premier tour.

Le pays connaît depuis cinq ans une crise politique violente, les opposants au régime sont brutalement réprimés et près de 25 000 personnes ont dû fuir le pays. Cette crise politique se double d’une grave crise économique, qui devient le sujet principal de la campagne. Les élections ne sont pas reportées malgré la pandémie de Covid-19 qui touche le pays ; l’opposition s’inquiète du fait que la situation sanitaire ne permet pas la venue d’observateurs étrangers pour le déroulement du scrutin1.
Le président Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis quinze ans, ne se représente pas, préférant passer la main à son dauphin désigné, Évariste Ndayishimiye. Ce dernier devient sans surprise le favori du scrutin, avec l’opposant Agathon Rwasa, arrivé second à la présidentielle de 20152.

Ndayishimiye l’emporte dès le premier tour avec un peu plus de 68 % des suffrages, ce qui aurait conduit, sans la mort subite de Pierre Nkurunziza le 8 juin, à la première passation de pouvoir démocratique du pays depuis l’indépendance 58 ans plus tôt.