Education: le ministre Dodzi Kokoroko s’oppose aux cours de répétition payants

Une nouvelle restriction vient de tomber dans les établissements publics et privés. Il s’agit de l’interdiction des cours de répétition…

Parredaction Catégorie Société le 3 mars 2021 Étiquettes : ,

Une nouvelle restriction vient de tomber dans les établissements publics et privés. Il s’agit de l’interdiction des cours de répétition dans toutes les écoles primaires et secondaires sur l’ensemble du territoire national.

La décision a été rendue publique, le 1er mars 2021, par le ministre des Enseignements Primaire, Secondaire Technique et l’Artisanat, Professeur Dodzi Komla Kokoroko. C’était à travers une note de service adressée aux Directeurs régionaux de l’éducation, les chefs d’inspection et les chefs d’établissements scolaires.

Les enseignants invités à suspendre les cours de répétition payants

Dans le domaine de l’éducation, un cours de répétition est considéré comme une leçon donnée par un enseignant à un ou plusieurs élèves en dehors des heures de classes. Ainsi, le ministre Kokoroko dit avoir constaté dans les écoles, l’instauration de ces cours payants dans presque toutes les disciplines.

« Ces cours vénaux, imposés ostensiblement aux élèves, s’organisent parfois dans les établissements avec la complicité des chefs d’établissement », déplore la ministre Dodzi Kokoroko. « Eu égard à cette rupture d’égalité devant les charges pédagogiques, je demande aux enseignants de mettre fin aux cours de répétition dans les établissements scolaires », a-t-il indiqué dans la note.

Cours de répétition à ne pas confondre avec cours de remédiation

Le ministre des enseignements Primaire et Secondaire a tenu à rappeler aux acteurs du système éducatif la nuance existante entre les cours de répétition et de soutien. D’après lui, ces cours privés, même organisés en dehors des établissements scolaires, ne sauraient être confondus avec les cours de soutien et de remédiation.

« Ceux-ci, relevant de l’organisation pédagogique de chaque établissement scolaire, avec le concours des comités de parents d’élèves, sont gratuits pour les apprenants », a-t-il clarifié. Les acteurs ont été, pour la circonstance, invité à veiller au respect scrupuleux de la nouvelle décision.

Lire aussi : Togo / Éducation: rappel à l’ordre du ministre Kokoroko aux enseignants

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *