Togo : le vivre ensemble au cœur d’un E-colloque international du CEROCE

Plusieurs faits fragilisent le vivre ensemble dans les communautés. Ils sont, entres autres, le refus de la diversité du pluralisme,…


Plusieurs faits fragilisent le vivre ensemble dans les communautés. Ils sont, entres autres, le refus de la diversité du pluralisme, le rejet de la différence, l’incapacité des hommes à assumer des destins communs. Ainsi, dans sa dynamique de promotion du vivre ensemble, le CEROCE en collaboration avec ses partenaires organise un E-colloque international à Lomé.

L’évènement a démarré ce 26 et prendra fin le 28 novembre prochain. Il est placé sous le thème : « Les enjeux socio-communicationnels du vivre ensemble » et s’inscrit dans le cadre des activités marquants les 10 ans du CEROCE.

Le rôle de la communication

En effet, le Centre d’Etudes et de Recherches sur les Organisations, la Communication et l’Education (CEROCE) se préoccupe de la problématique du vivre ensemble dans le prolongement de ses recherches.

Il se questionne ainsi sur le rôle que joue la communication dans toutes ses dimensions de la société et surtout comment elle participe à la résolution des problèmes liés au mal vivre ensemble et au renforcement du lien social.

Pour la Directrice du CEROCE, Prof Kouméalo ANATE, « la question du vivre ensemble s’impose encore avec plus d’acuité aujourd’hui. Bien que nous savons que c’est une question qui traverse le temps, c’est-à-dire dès lors qu’il y’a une communauté qu’il y’a deux personnes, il y’a toujours des problèmes liés au vivre ensemble, à la différence, à l’acceptation de l’autre, aux questions d’intérêts ».

Mal vivre ensemble, source de crise

Selon les promoteurs, le mal vivre ensemble crée souvent des crises et met en mal le progrès social, le développement et la concorde nationale. « Il suffit seulement de voir les différents foyers de tension, les crises socio-politiques, les extrémismes qui jalonnent l’histoire de nos sociétés pour comprendre cela », a expliqué Mme Kouméalo ANATE.

« Donc les universités ont voulu, par leurs réflexions pluridisciplinaires, avoir une approche aussi bien communicationnelle, sociologique, psychologique, philosophique etc. Il s’agira ainsi donc au cours du colloque de s’interroger sur les concepts et voir dans quelles mesures on peut amener les communautés à réfléchir sur les nœuds, les causes du difficile vivre ensemble », a-t-elle indiquée.

Si les principes de réconciliation et de paix sont comme des sources de stabilité, de sécurité et de développement socio-économique, c’est que le vivre ensemble doit être toujours cultivé.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *