Dysfonctionnements des services T-money: ARCEP hausse de nouveau le ton

Les services T-money sont au cœur d’une décision signée le 08 décembre par l’Autorité de régulation des communications électroniques et…


[bsa_pro_ad_space id=4]

Les services T-money sont au cœur d’une décision signée le 08 décembre par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). La compagnie de téléphonie mobile Togo Cellulaire reçoit de nouveau une mise en demeure.

Dans cette nouvelle sortie, l’ARCEP demande des explications à Togo Cellulaire sur les dysfonctionnements graves et continus de ses services T-money et une communication à ses consommateurs.

Résoudre définitivement les dysfonctionnements des services T-money

Que ce soit du transfert d’argent ou de la réception, du paiement de facture, les transactions T-Money laisse à désirer. Interpellé sur ces dysfonctionnements il y’a quelques semaines, l’ARCEP revient avec de nouvelles dispositions contre la société Togo Cellulaire.

Le premier article de l’autorité de régulation stipule que : « Togo Cellulaire est mis en demeure de se conformer, dans un délai de huit (8) jours aux obligations imposées par son cahier des charges en matière de disponibilité permanente et de continuité des services T-Money, en l’occurrence de résoudre définitivement les dysfonctionnements constatés sur les services T-Money, notamment au niveau de l’accès, des services et aussi de la notification ».

Egalement, l’autorité demande à la compagnie de téléphonie de se conformer à son obligation d’information vis-à-vis des utilisateurs sur la survenue des dysfonctionnements sur les services T-Money, leur nature et le délai dans lequel ceux-ci seront encore subis. Ceci, dans un délai de quarante-huit (48) heures.

Expliquer son silence

En effet, il y’a quelques semaines, l’ARCEP a interpellé Togo Cellulaire sur les mêmes raisons citées précédemment pour lesquelles ce dernier a gardé silence.

Ainsi, « Togo Cellulaire est mis en demeure de fournir, dans un délai de huit (8) jours, les explications sur les raisons pour lesquelles, malgré la mise en demeure dont il fait déjà l’objet dans une autre procédure de sanction, il s’est à nouveau abstenu d’informer non seulement l’Autorité de régulation mais aussi les usagers sur la survenue des désagréments, leur nature et le délai dans lequel ceux-ci seront encore subis », a indiqué l’article 3 de la décision.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *