Développement rural : Faure Gnassingbé et ses homologues intercèdent pour plus de financement en faveur du FIDA

Le Président de la République, Faure Gnassingbé, a lancé un appel aux autres dirigeants du monde pour accroitre leur financement…

Parredaction Catégorie Dossiers le 22 octobre 2020 Étiquettes : , , , , , , ,

Le Président de la République, Faure Gnassingbé, a lancé un appel aux autres dirigeants du monde pour accroitre leur financement en faveur du Fonds international de développement agricole (FIDA). C’était dans une lettre co-signée avec ses homologues de l’Angola, du Benin, du Burkina Faso, du Kenya, du Sénégal, de la Sierra Leone.

Les chefs d’Etats et de gouvernement africains demandent aux dirigeants du monde d’accroitre leur financement en faveur du Fonds international de développement agricole (FIDA).

Lutter efficacement contre la pauvreté et la faim

« Nous souscrivons à la vision du FIDA, celle de l’avènement de communautés rurales dynamiques, où chacun vit à l’abri de la pauvreté et de la faim », ont écrit les dirigeants de l’Angola, du Benin, du Burkina Faso, du Kenya, du Sénégal, de la Sierra Leone et du Togo.

C’était dans une lettre co-signée et adressée à leurs homologues d’Europe, d’Amérique du Nord, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Océanie.

Pour ces dirigeants, « Il est aujourd’hui plus important que jamais d’investir dans le renforcement de la résilience des populations rurales ». Ceci, pour assurer la sécurité alimentaire, protéger les moyens d’existence des populations rurales.

Il s’agit aussi pour ces dirigeants de garantir que les progrès accomplis au fil des ans ne soient pas réduits à néant. Bref, « éviter que d’autres habitants des zones rurales ne basculent dans la pauvreté et la faim », ont-ils souligné.

Le vibrant appel lancé par Faure Gnassingbé et ses homologues

Par cette lettre, le chef de l’Etat et ses pairs africains ont lancé un vibrant appel à chaque pays. L’appel consiste à augmenter de manière significative les contributions à la Douzième reconstitution des ressources du FIDA (FIDA12).

Ces ressources mobilisées contribueront à la transformation des économies rurales et des systèmes alimentaires partout dans le monde. Elles donneront, ainsi, au Fonds les moyens de doubler son impact d’ici à 2030 et de contribuer à éliminer la pauvreté et la faim.

Partenaire privilégié du Togo, le FIDA accompagne le pays dans sa politique d’autonomisation des populations rurales. Il œuvre pour l’amélioration de la sécurité alimentaire et le renforcement de la résilience notamment à travers les initiatives nationales telles que le MIFA et le PNPER.

A l’heure actuelle, l’Afrique doit faire face à des conflits, à l’évolution des conditions météorologiques et des ravageurs, et aux conséquences socioéconomiques de la pandémie. La faim atteint sur le continent des niveaux deux fois supérieurs à la moyenne mondiale.

Pour rappel, le FIDA est dirigé par l’ancien Premier ministre Togolais, Gilbert Houngbo, depuis le 1er avril 2017.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *