Les députés togolais outillés pour débusquer les ‘Fake News’

Le phénomène de l’Infox ou encore ‘Fake News’, connait une récurrence sans précédent avec l’essor de la technologie en ce…

Parredaction Catégorie Société le 19 novembre 2021 Étiquettes : , ,


Le phénomène de l’Infox ou encore ‘Fake News’, connait une récurrence sans précédent avec l’essor de la technologie en ce 21e siècle.

Les députés togolais se sont réunis en atelier spécial organisé en collaboration avec l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) afin de se pencher sur la question.

Ils se sont donc appropriés les astuces fondamentales afin de débusquer les fausses informations ou les ‘Fake News’.

Les députés togolais au combat

La lutte contre les ‘Fake News’ est un réel combat qui a été enclenché depuis l’avènement de ce fléau. Elle nécessite donc un engagement et la responsabilité de tous.

Les députés togolais n’entendent pas rester en marge de ce combat. Ils sont au front.

Les députés togolais outillés pour débusquer les 'Fake News'« Ce combat dans lequel la Représentation nationale est engagée passe par une sensibilisation et une meilleure appréhension du phénomène », indique la Représentation nationale.

« Le Togo comme la plupart des pays de l’espace francophone a dû faire face à de nombreuses campagnes de désinformation à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières. Cette situation est d’autant plus préjudiciable que les décisions et les choix des citoyens doivent se baser sur des informations véridiques et vérifiées », a indiqué, Mireille EZA, Directrice du programme numérique de l’APF, représentante de la Secrétaire Général de l’APF.

Que ce soit donc la satire, les liens factices, les contenus trompeurs ou encore les faux contextes, les contenus fallacieux, manipulé ou fabriqué, les députés togolais pourront désormais les détecter, les contourner ou les empêcher.

Un défi de taille à relever

Les députés togolais outillés pour débusquer les 'Fake News' Pour le 3e Vice-président de l’Assemblée nationale, Séna Alipui, le défi à relever est de taille. Il faudra s’assurer de la liberté d’expression, constitutionnellement et conventionnellement garantie, indispensable à toute société démocratique, tout en limitant les dérives.

« Le séminaire vise précisément à répondre, sur cette ligne de crête, aux enjeux soulevés dans ce domaine par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. De fait, la qualité de l’information est indispensable à celle du débat démocratique. Il est donc nécessaire que l’intervention du législateur soit prudente dans cet univers informationnel singulièrement inquiétant » a-t-il indiqué avant d’ajouter que « cette démarche précautionneuse est en parfaitement adéquation avec la vision du Président de la République, axée sur la consolidation de la liberté d’expression tout en professionnalisant les organes de presse. C’est à ce titre que les professionnels des médias sont considérés comme des acteurs clés du vivre-ensemble ».

Bernard Adzorguenu

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.