vendredi, novembre 27, 2020


Culture : Yodé & Siro critiquent la politique d’Alassane Ouattara à travers “Président, on dit quoi ?”

Le groupe ivoirien Yodé & Siro est de retour avec un nouvel album baptisé « Héritage ». Le morceau titré « Président, on dit quoi »,…

Parredaction Catégorie Politique le 21 juillet 2020

Le groupe ivoirien Yodé & Siro est de retour avec un nouvel album baptisé « Héritage ». Le morceau titré « Président, on dit quoi », une chanson qui critique la gouvernance du président Ouattara, crée de la polémique dans la capitale.

Les paroles polémiques de « Président, on dit quoi »

L’Album des deux “zouglouman” Yodé et Siro, mis en ligne en début juillet 2020, fait déjà parler de lui.

En effet, dans la chanson, les deux artistes ont fait ressortir les mérites du président Ouattara en matière de réalisation des infrastructures. Pour eux, le pays devient joli avec des routes goudronnées partout, des lumières un peu partout.

Mais, Yodé et Siro estiment qu’il faut plutôt penser au bien-être de la population. Pour eux, la famine menace dans le peuple, tant de souffrance avec 2% de taux de chômage et bientôt la croissance à deux chiffres. Les écoles sont malades. Le pays est endetté. Le kérosène coute cher…

En clair, ces artistes, à travers leur interrogation « On dit quoi ? », dénonce la priorité que le président accorde aux infrastructures au détriment de la population.

Dans la chanson, les deux stars du zouglou racontent, également, les inégalités sociales, des prisonniers politiques, de la discrimination ethnique. La chanson, une attaque contre la politique d’Alassane Ouattara, fait réagir et grincer des dents aux sommets de l’État.

Selon les deux stars, le président Ouattara doit prôner une vraie réconciliation en libérant les prisonniers politiques, car d’après eux, on ne se réconcilie pas en mettant les gens en prison. Le pays a besoin de tous ces enfants pour la vraie réconciliation.

Les réactions dans la capitale et sur les réseaux sociaux

Cette musique urbaine rythmée typiquement ivoirienne n’est pas passée sous silence. Elle a suscité, en effet, de vives réactions dans le pays précisément dans la capitale et sur les réseaux sociaux. Yodé et Siro ont réussi à créer l’évènement. Tout le monde en parle.

Selon les avis des fans, le texte est profond. Il ne faut pas seulement prendre le côté négatif. Ils interpellent tout un chacun. Pour un autre, « chacun est concerné, c’est pourquoi il y’a beaucoup de polémiques ». Le titre « Président on dit quoi » critique la gouvernance d’Alassane Ouattara.

« Les artistes doivent dénoncer. C’est tout à fait normal. Les zougloumane ont dénoncé pendant le temps de Bedié, Gbagbo, et maintenant c’est ADO. Ça veut dire qu’ils n’ont pas de partie politique et nous sommes libres de nous exprimer. Ce n’est pas parce que je suis malinké (odiennéka) ou que je viens du nord que je vais critiquer cette chanson », a laissé un internaute sur la chaine youtube du groupe de zouglou.

Pour les ivoiriens, les critiques importent peu. L’important, c’est qu’ils ont le droit de s’exprimer.

Une sortie musicale qui n’a visiblement pas fait plaisir aux partisans du RHDP qui se manifestent à travers les réseaux sociaux. Pour certains, les artistes ont tronqué leur talent de musicien pour faire plaisir à une chapelle politique.

Répondant aux accusations d’être devenus des partisans, les artistes affirment « sauf s’ils ont la mémoire courte, nous avons critiqué tous les régimes ». Ils poursuivent en disant « et c’est comme ça à chaque fois qu’on critique un régime, les partisans de ce régime commencent à jazzer ».

En rappel, le zouglou est apparu dans les années 90 dans les campus universitaires d’Abidjan. A l’instar du reggae, c’est un style de musique engagé par nature. Cette musique relate les réalités sociales diverses vécues par la jeunesse ivoirienne et porte des messages humoristiques, politiques, et aussi, délivre des conseils sur la vie.

Sa philosophie est basée sur la culture de l’amour, de l’amitié, de la fraternité et prône l’idéal de la justice et de la paix.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *