Culture : Traité de Beijing, une solution adéquate contre la piraterie audiovisuelle

La promotion et le développement du secteur culturel togolais était au cœur des échanges ce lundi, 07 décembre 2020, à…


La promotion et le développement du secteur culturel togolais était au cœur des échanges ce lundi, 07 décembre 2020, à l’Assemblée Nationale. Réunis en 13ème séance plénière de la 2ème session ordinaire, les parlementaires ont autorisé la ratification du Traité de Beijing sur les interprétations et exécutions audiovisuelles.

Ce texte a été adopté le 24 juin 2012 à Beijing en Chine par les Etats membres de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI). A travers le geste du parlement, le Togo (36ème pays à ratifier le traité) dispose désormais d’un dispositif juridique pour mieux protéger les artistes.

Assurer une protection complète aux acteurs artistiques

Le gouvernement a été représenté à l’hémicycle par ministre de la Culture et du Tourisme, Kossi Lamadokou. Face aux élus du peuple, le commissaire du gouvernement a donné des précisions sur le Traité de Beijing relatives aux interprétations et exécutions audiovisuelles.

Ce traité offre une panoplie d’avantages aux acteurs de monde artistique. Il assure une protection complète aux titulaires de droits et offre aux producteurs ainsi qu’aux artistes interprètes ou exécutants locaux, des avantages économiques. Précisément, quand ils diffusent ou mettent à disposition leurs films, séries télévisées ou autres produits audiovisuels à l’étranger.

La plus-value est que le traité permettra de mettre fin à la piraterie et au manque à gagner dans le secteur culturel au Togo. Ainsi, les artistes peuvent dans les prochains, tirer davantage profit de leur interprétation et exécution.

Des avantages juridiques non négligeables

D’après le ministre Kossi Lamadokou, le Traité de Beijing comporte des avantages sur le plan juridique. Il permet aux artistes de pouvoir autoriser ou interdire la diffusion de leur interprétation ou de leur exécution. C’est donc, « une avancée importante pour la protection des œuvres des artistes, interprètes et exécutants », a souligné le commissaire du gouvernement.

La Présidente de l’Assemblée Nationale, Yawa Djigbodi Tsègan a, de son côté, salué un outil juridique devant favoriser l’adoption d’une législation relative aux droits d’auteurs et aux droits connexes des artistes togolais.

Par ailleurs, le ministre Kossi Lamadokou a exprimé sa gratitude à la commission des relations extérieures et de la coopération. Il a notamment salué un travail remarquable abattu qui a permis la ratification du traité de Beijing sur les interprétations et exécutions audiovisuelles.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *