Covid-19: la CTDDH renforce les capacités des FDDH

La CTDDH a initié une rencontre d’échange a réuni les Femmes Défenseures des Droits Humains (FDDH) ce vendredi, 05 février…

Parredaction Catégorie Dossiers Santé le 5 février 2021 Étiquettes : , , , , ,

La CTDDH a initié une rencontre d’échange a réuni les Femmes Défenseures des Droits Humains (FDDH) ce vendredi, 05 février 2021 à Lomé. Les discussions ont tourné autour du thème : « Violation des droits des défenseurs des droits humains et Covid-19 ». Issues de différentes localités, les participantes ont eu à échanger sur les difficultés rencontrées sur le terrain.

La rencontre a été initiée par la Coalition Togolaise des Défenseurs des Droits Humains (CTDDH), présidé par Bonaventure N’Coué Mawuvi. A terme, l’organisation entend contribuer au renforcement de la protection des FDDH et des Défenseurs des Droits Humains Vulnérables (DDHV) en Afrique de l’ouest. Deux modules ont meublé la rencontre dont « Espace civique et Covid-19 : enjeux et défis des FDDH ET DDH vulnérables ».

Mieux cerner le concept de « espace civique »

Les modules de formation ont été développés par le secrétaire général de la CTDDH, Bruno Haden. Dans un premier temps, il a été question d’amener l’assistance à mener des réflexions sur la notion d’espace civique ainsi que les éléments qui le compose. Aussi, les échanges ont porté sur l’impact du Coronavirus sur l’espace civique et pour les FDDH et DDH.

L’espace civique, a expliqué Bruno Haden, met en relief trois libertés fondamentales notamment la liberté d’association, de réunion et de manifestation. D’après les différents acteurs, l’espace civique africain peut être défini en trois dimension à savoir rétréci, obstrué, fermé.

Ensembles, les participants se sont donc convenu, qu’il urge d’œuvrer pour la construction d’un espace véritablement « ouvert au Togo afin de favoriser le travail des DDH ».

La sécurité numérique des FDDH au cœur des échanges

Selon le secrétaire général de la CTDDH, il est extrêmement important que tout acteur de défense de droit humain assure sa sécurité notamment celle numérique. D’où la formation sur la thématique « la sécurité numérique des FDDH et DDH ».

Là, le formateur a insisté sur les différentes formes de sécurité du défenseur à savoir sa sécurité personnelle, collective, celle des membres de sa famille et de son organisation. Également, Bruno Haden a attiré l’attention des participants sur les plateformes d’échanges et de conférences en ligne sécurisées et non sécurisées.

Il faut préciser que les recommandations et suggestions relatives à la gestion de la pandémie ont été faites. Celles-ci feront l’objet d’un plaidoyer dans les prochains jours afin d’amener les autorités à prendre en compte les réalités de terrain dans les stratégies de riposte contre la Covid-19.

Lire aussi: Togo/Covid-19 : bonne nouvelle pour les micros et petites entreprises !

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *