Côte d’ivoire/Troisième mandat : rassemblement monstre à Abidjan pour l’investiture de Ouattara

En Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a été investi, samedi 22 août 2020, candidat du RHDP pour l’élection présidentielle d’octobre 2020….

Parredaction Catégorie Politique le 24 août 2020 Étiquettes : , , , ,

En Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a été investi, samedi 22 août 2020, candidat du RHDP pour l’élection présidentielle d’octobre 2020. Une investiture qui a mobilisé des milliers de partisans et sympathisants au stade Félix Houphouët-Boigny. Et ce, en pleine période de Covid-19 et malgré les dernières manifestations meurtrières dans le pays. Ces manifestations ont été organisées par l’opposition et la société civile, justement, contre ce troisième mandat.

C’est dans un stade FHB d’Abidjan archi plein que le RHDP a investi Ouattara pour briguer un troisième mandat, alors que l’opposition et la société s’y opposent. Au plus grand stade du pays, ils étaient des milliers de partisans et sympathisants rassemblés dès 8heures du matin. Certains ont même dormi sur les lieux, pour ne pas rater cette manifestation.

Les cadres du parti, les ministres et les invités vénus de l’étranger ont pris part à cette cérémonie qui s’est déroulée sous forme de fête, pour remercier Alassane Dramane Ouattara pour son engagement en faveur du développement. Alassane Ouattara a été, ainsi, investi pour briguer son troisième mandat.

Un rassemblement monstre malgré la Covid-19

Dans son discours, Alassane Ouattara a rendu hommage à son ancien Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, avant de s’attaquer à ses opposants.

« Pas besoin de mettre des troncs d’arbres, de casser des bus ou de brûler des maisons pour empêcher quelqu’un d’être candidat. Ils font cela parce qu’ils ont peur », a déclaré Alassane Ouattara suscitant les acclamations de la foule.

Concernant toujours ses adversaires politiques, le président Ouattara a ajouté : « Parce qu’on ne peut pas gagner, on veut brûler le pays ».

Ce rassemblement a eu lieu au moment où, vendredi 21 août 2020, la Côte d’Ivoire enregistrait 61 nouveaux cas confirmés de Covid-19. Ces nouvelles contaminations portent le nombre total de cas confirmés à 17310 (depuis début mars dernier). Parmi ceux-là, 112 personnes sont décédées, 2378 sont toujours en soins, tandis que 14820 sont guéries. C’est l’un des pays les plus touchés dans la sous-région.

Mais, peu importe, pour les autorités ivoiriennes. Si les manifestations violentes de ces derniers jours n’ont pu rien faire, ce n’est pas la Covid-19 qui va entraver le troisième mandat d’Alassane Ouattara. En effet, ADO, puisque c’est son surnom, défendra bel et bien les couleurs du RHDP (parti unifié).

Le rassemblement organisé par son parti ce samedi au Stade FHB était très impressionnant. C’est dans un contexte où le RHDP avait besoin de démontrer sa force vis-à-vis de la mobilisation des opposants. « Avec RHDP, on ne fléchit jamais, on ne triche jamais », ont scandé les milliers de militants réunis au stade.

Situation tendue dans plusieurs villes, Bonoua sous couvre-feu

Le gouvernement ivoirien vient de décréter l’interdiction des manifestations politiques sur la voie publique. Cette décision des autorités ivoiriennes fait suite aux dernières manifestations éclatées qui ont fait au moins 4 morts dans le pays. Ce week-end encore, des manifestations non-autorisées ont été réprimées à Abidjan et à l’intérieur du pays.

Le gouvernement a décrété un couvre-feu dans la ville de Bonoua, fief de Simone Gbagbo, où au moins 1 morts à été enregistré lors des manifestations du 12 août dernier. Des violences avaient éclaté dans cette ville du sud-est de la Côte d’ivoire.

Des violences ont encore éclaté, ce week-end, à Bonoua et Divo où plusieurs dégâts matériels ont été enregistrés. On signale des magasins brulés et des commerces vandalisés. Alors, le gouvernement a instauré un couvre-feu précisément à Bonoua de 20h à 5h du matin jusqu’au 27 août.

L’opposition et la société civile sont toujours déterminées à poursuivre la mobilisation pour empêcher le troisième mandat d’Alassane Ouattara, malgré les interdictions de manifester. Cela présage d’un avenir sombre pour le climat socio-politique en Côte d’Ivoire.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *