Côte d’Ivoire/Présidentielle 2020 : déterminé, le mouvement GPS investit Soro dimanche prochain

Depuis le 12 octobre 2019, Guillaume Soro annonçait sa candidature à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Le 31 août…

Parredaction Catégorie Politique le 10 septembre 2020 Étiquettes : , , , ,

Depuis le 12 octobre 2019, Guillaume Soro annonçait sa candidature à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Le 31 août dernier, ses dossiers ont été déposés officiellement à la CEI. Partis politiques et mouvements de soutien au leader générationnel se sont regroupés au sein du mouvement politique Générations et Peuples Solidaires (GPS). Le dimanche 13 septembre 2020, il sera prévu la convention d’investiture du candidat du GPS.

Ladite convention est placée sous le thème « Guillaume Kigbafori Soro pour une Côte d’Ivoire réconciliée et prospère ». Elle se tiendra à l’hôtel Belle Côte sis à Cocody Palmeraie. Cette investiture traduit la volonté de l’Homme de poursuivre sa lutte pour la conquête du pouvoir. Dans cette lancée, il compte rentrer bientôt au pays.

Une investiture qui traduit la détermination du candidat Soro

L’investiture de Guillaume Soro, le dimanche 13 septembre prochain, est la manifestation de sa détermination. En réalité, tout ce qui pèse sur le candidat Soro l’écartait totalement de la lutte pour le pouvoir. En effet, on sait très bien que le candidat Soro a été condamné à 20 ans d’emprisonnement ferme.

Un mandat d’arrêt a été émis à son encontre pour « tentative d’atteinte à l’autorité de l’Etat et à l’intégrité du territoire national ». Tout cet acharnement l’a obligé à s’exiler en France. Dans le cadre de l’élection présidentielle d’octobre prochain, tout est mis en œuvre pour l’empêcher.

D’où sa radiation sur la liste électorale. Du coup, non seulement, il n’est pas électeur, il n’est pas non plus éligible. Poursuivant sa lutte, il a déposé sa candidature et bientôt son investiture. Soro s’est interrogé à travers son compte tweet. « Pourquoi nier à la Côte d’Ivoire le droit à la démocratie ? ». « J’étais PM à l’époque ! Et ADO était le plus intransigeant et nerveux sur les conditions de l’élection », a-t-il poursuivi. « Je suis catastrophé de le voir à l’œuvre aujourd’hui », a-t-il conclu.

Dans ce feuilleton électoral ivoirien, on pourrait dire que « Le chien aboie, la caravane passe ».

Une investiture en l’absence du candidat qui compte rentrer bientôt au pays

Chose certaine, Guillaume Soro sera investi à son absence. Or la plupart des investitures se font en présence du candidat. Même si ce n’est pas une règle établie que le candidat soit nécessairement présent à son investiture, cette présence joue beaucoup.

Au-delà des dépôts de candidatures et des investitures, le Conseil Constitutionnel n’a pas encore donné son avis. Le dossier de candidature de Guillaume sera-t-il validé ? Au cas contraire, que compte-t-il faire ?

On se rappelle qu’il avait prévenu le Président ADO. Il disait ceci : « Je suis candidat, je n’accepterai pas d’être exclu ». « Hier, ADO n’a pas accepté son exclusion. Aujourd’hui je ne l’accepte pas non plus », a-t-il déclaré le 24 août 2020.

Cependant, Guillaume Soro compte bien rentrer dans son pays pour prendre personnellement part à la campagne électorale.

C’est, du moins, l’annonce faite par ses proches qui prévoient le retour de leur leader en terre ivoirienne, avant le 15 octobre. Jusqu’à cette date, le Conseil Constitutionnel se serait prononcé sur la validité des candidatures.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *