Côte d’Ivoire les présupposées raisons de la démission du Vice-président

Depuis plusieurs mois, la vie politique en Côte d’Ivoire ne cesse d’offrir des surprises et des chocs surtout dans le…

Parredaction Catégorie Politique le 15 juillet 2020

Depuis plusieurs mois, la vie politique en Côte d’Ivoire ne cesse d’offrir des surprises et des chocs surtout dans le camp présidentiel à quatre mois des élections présidentielles. Si la mort du premier ministre, dauphin du président Ouattara candidat du RHDP, constitue l’une des plus belles manifestations, la véritable surprise concerne la démission du vice-président Daniel Kablan Duncan en pleine période de deuil du défunt Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Cette démission vient brouiller le jeu politique et accentue les turbulences au sommet de l’Etat.

Plusieurs raisons auraient motivé la décision du vice-président même si selon d’autre sources, cette démission serait liée à des « convenances personnelles ».

Les raisons probables

En réalité, les rumeurs de démission de M. Duncan circulaient depuis plusieurs jours. Il convient de rappeler que même si jusqu’à une période récente le vice-président était considéré comme un proche de Ouattara, il aurait toujours son cœur au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Il a été au gouvernement à la faveur de l’alliance du PDCI avec la formation du chef de l’Etat au sein du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Mais après la rupture entre le PDCI et le RHDP, il était resté un élément incontournable au sein de l’appareil politique et étatique.

Ainsi, à en croire nos confrères de TV5 Monde, « M. Duncan est, depuis longtemps, un poids lourd du pouvoir. Ministre des Affaires étrangères (2011-2012) puis Premier ministre avec le portefeuille de l’Economie (2012-2017), il est devenu, en janvier 2017, le premier vice-président de l’histoire de Côte d’Ivoire, poste créé avec la nouvelle Constitution de 2016 ».

Selon la même source, la vraie raison de cette démission est que le vice-président « en a marre ». Toutefois, l’opportunité de la démission pousse à une curiosité. La question, qui se pose, est de savoir si sa démission date du 27 février avant que Ouattara ne renonce à sa candidature au profit de Gon Coulibaly, pourquoi se précipiter en pleine période de deuil ?

En dehors du fait que le vice-président aurait aussi eu des velléités de se présenter à la présidentielle, on évoque entre autres raisons le sentiment d’être trahi ainsi que la marginalisation des membres du PDCI par les houphouëtistes. Une situation qui sera mise en exergue par un autre membre du PDCI moins diplomatique en ces termes : « Il en avait marre d’être constamment rabaissé ».

Dans cette nouvelle configuration, il est fort probable que le vice-président se rallie à Bédié compromettant ainsi les chances du RHDP qui risque d’investir Ouattara comme candidat.

La bataille s’annonce dur pour le RHDP qui traverse une crise indescriptible. Un président avec Premier ministre décédé, un président du sénat malade et un vice-président qui démissionne.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *