Journée Internationale de Lutte Contre la Corruption : les actes forts de Faure Gnassingbé, dont la HAPLUCIA

La HAPLUCIA observe, ce mercredi, 09 décembre, avec la communauté internationale la Journée Internationale de Lutte Contre la Corruption (JILCC)….


La HAPLUCIA observe, ce mercredi, 09 décembre, avec la communauté internationale la Journée Internationale de Lutte Contre la Corruption (JILCC). « Rétablir avec intégrité » est le thème retenu pour cette édition 2020, marquée par la crise sanitaire. Au Togo, les autorités togolaises se sont engagées ces dernières années dans une lutte acharnée contre ce fléau.

La célébration de la JILCC a commencé à l’issue de l’adoption de la Convention des Nations Unies contre la corruption en 2003. Cette journée rappelle l’importance et la nécessité pour les Etats de « protéger leurs institutions de toutes tentatives de collusion et de corruption ».

La corruption est un véritable obstacle à la bonne gouvernance et au développement harmonieux des Etats. Conscient de ces conséquences redoutables sur l’émergence du Togo, le chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé a entrepris d’importantes réformes, dont la création de la HAPLUCIA. En plus de doter le pays des instruments internationaux de lutte contre la corruption, le président sollicite l’expertise des spécialistes du domaine.

La HAPLUCIA, l’institution mandatée

Le Togo a ratifié plusieurs textes dont la Convention des Nations Unies contre la corruption et celle de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption. Le Protocole de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la lutte contre la corruption a été aussi entériné.

Pour plus d’impact sur le terrain, le gouvernement a procédé à la mise en place d’une institution indépendante chargée de combattre le fléau. Il s’agit de la Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA). La HAPLUCIA est une institution administrative indépendante, chargée de promouvoir et de renforcer la prévention et la lutte contre la corruption et les infractions assimilées dans les administrations, les établissements publics, les entreprises privées et les organismes non étatiques.

L’organe est composé de sept (7) membres, présidé par Essohana Wiyao. Les missions de la HAPLUCIA sont déclinées en quatre axes principaux. Parmi elles, la prévention des actes de corruption par des activités de sensibilisation, d’information, d’éducation et de vulgarisation de textes.

L’expertise de Me Akéré Muna sollicitée

Bien que plusieurs initiatives soient en exécution par différents acteurs, le président entend étendre son champ d’action pour plus de résultats concrets. Dans cette perspective, Faure Gnassingbé a eu à échanger avec l’avocat camerounais Akéré Muna, en septembre dernier.

Ancien bâtonnier, Maître Akéré Muna est un spécialiste sur des questions anti-corruption. Au cours de son tête-à-tête avec le président togolais, ils ont eu à explorer les différents mécanismes pour enrayer le phénomène. Aussi, Faure Gnassingbé a exposé sa détermination à promouvoir la bonne gouvernance.

Il faut préciser que Akere Muna est employé en tant qu’expert indépendant par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Actuellement, l’avocat officie auprès de la République Démocratique du Congo (RDC).

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *