dimanche, septembre 26, 2021


Ciné Togolais: la DNC invite les médias à diffuser les productions locales

Le ciné togolais se veut être aussi au cœur du consommer local. En effet, le dixième mois de l’année (octobre)…



Le ciné togolais se veut être aussi au cœur du consommer local. En effet, le dixième mois de l’année (octobre) a été désigné en ce 2020 « Mois du consommer local » dans la sous-région ouest africaine. Au Togo, les différentes activités inscrites dans le cadre de cette célébration se poursuivent. Chaque acteur dans son domaine s’investit pour la réussite parfaite de cette initiative.

Mercredi, 21 octobre 2020, les acteurs impliqués dans l’industrie cinématographe était face à la presse. La rencontre organisée par les responsables de la Direction Nationale de la Cinématographie (DNC) vise à mieux faire connaitre l’institution. Aussi, il était question de mener des réflexions sur la promotion du Ciné Togolais.

Les médias invités à diffuser les productions togolaises

« L’état des lieux de la production et de la consommation cinématographique au Togo », c’est cette thématique qui a fait objet d’échanges entre la DNC et les professionnels de médias. Le but est d’amener les médias à diffuser les productions locales (togolaises).

« Nos médias doivent aider les producteurs à diffuser leurs films », a lancé le Directeur national de la cinématographie, Koutom Essohanam. Car, explique-t-il, c’est difficile de se casser la tête pour produire un film et chercher à nouveau des moyens financiers pour la diffusion.

Selon l’autorité, la recherche de moyens financiers destinés à la diffusion d’œuvres cinématographiques entraine le fait que beaucoup de films soient restés dans les tiroirs.

Le ciné togolais, une richesse à ne pas négliger

Comme tout autre secteur, l’industrie du ciné togolais est une chaine de production. C’est une filière qui suit également une chaîne de valeur, qui suit un processus donné. De la création à la mise sur le marché de produits (film), le secteur du cinéma participe au développement du pays.

C’est un domaine qui draine une main d’œuvre qualifiée, contribuant ainsi à la réduction du chômage. « Soutenir la filière du cinéma togolais revient à promouvoir l’emploi vu que la production d’un seul film réunit plusieurs personnes », a fait savoir Nicolas-Etienne Sohou N’gani. Il est ingénieur spécialiste en gestion des industries culturelles.

Aussi, précise-t-il, le ciné togolais est un secteur d’activité économique comme tous les autres, car derrière tout un film c’est tout une chaîne de valeur. En clair, « consommer local » nécessiterait donc de suivre les films produits au Togo afin d’encourager les producteurs et réalisateurs.

Lire aussi: Cinéma/Sotigui Awards 2020 : deux acteurs togolais dans la course sollicitent un vote massif

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *