samedi, septembre 25, 2021


Education : les « magouilles » de certains chefs d’établissement du public mis à nu par Kokoroko

Les chefs d’établissement du public sont actuellement dans le viseur du ministre des Enseignements Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisanat….

Parredaction Catégorie Société le 5 août 2021 Étiquettes :


Les chefs d’établissement du public sont actuellement dans le viseur du ministre des Enseignements Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisanat. Dans la note de service N° 091/MEPSTA/CAB/SG, Dodzi Komla Kokoroko a dénoncé un certain nombre de « magouilles » faites par des chefs d’établissement du public.

Cette note a été rendu publique ce mercredi, 04 août 2021. Elle fait suite à la mise en garde des responsables des établissements privés, en ce qui concerne le recrutement des élèves en classe supérieure.

Lire aussi: Admission en classe supérieure : les mises en garde de Kokoroko aux chefs d’établissement

Education : les « magouilles » de certains chefs d’établissement du public mis à nu par KokorokoLes chefs d’établissement du public démasqués ?

« Il est établi que certains chefs d’établissement du public mutés ou admis à la retraite, nonobstant les règles de l’orthodoxie des finances publiques, créent, par l’occasion et intentionnellement, des déficits budgétaires à mettre à la charge de leur successeur ».

C’est ce qu’a déploré le ministre qui affirme que ces déficits, souvent constatés lors des passations de service, constituent des faits de dette pour les établissements. Pour couronner le tout, poursuit-il, ces chefs d’établissement se permettent d’emporter des biens de toute nature, appartenant au patrimoine de l’établissement.

A ne pas rater: le ministre Dodzi Kokoroko s’oppose aux cours de répétition payants

D’autres, pour leur part, informe la note, perçoivent les frais scolaires pendant les vacances, opèrent des achats non nécessaires. De plus, ces achats surfacturés sont supportés par l’établissement pour le compte de la nouvelle année scolaire. Ces manœuvres se font au moment où le budget n’est même pas élaboré et adopté.

Le ministre Kokoroko demande aux chefs d’établissement du public de renoncer à « cette stratégie de la terre brulée » 

« Pratique malhonnête et frauduleuse », c’est avec ces mots que le professeur Komla Kokoroko a qualifié ces comportements dénoncés dans la note. Pour lui, ces manœuvres ont, d’une part, des répercussions très négatives sur la gestion et le fonctionnement des établissements. D’autre part, elles impactent, par ricochet, sur la qualité des apprentissages.Education : les « magouilles » de certains chefs d’établissement du public mis à nu par Kokoroko

Exclusif:  le ministre Dodzi Kokoroko « propose un challenge simple » aux enseignants

Selon les textes en vigueur, a-t-il rappelé, le budget unique proposé et validé par les chefs d’inspection puis soumis à l’assemblée générale des parents d’élèves pour adoption, est « annuel et équilibré en recettes et en dépenses ».

« En conséquence, aucun budget ne peut présenter un déficit quelconque. A cet effet, je demande à tous ceux qui seront tentés de mettre en œuvre ‘‘cette stratégie de la terre brulée’’ d’y renoncer immédiatement », a-t-il alerté.

Pour l’occasion, les directeurs régionaux de l’éducation et les chefs d’inspection sont invités à veiller au respect scrupuleux des dispositions de la note N°091/MEPSTA/CAB/SG. Ensuite, ils sont appelés à rendre compte, de tout manquement constaté, au ministre.

A ne pas rater: Système éducatif togolais : rappel à l’ordre du ministre Kokoroko aux enseignants abstentionnistes

C.A

  

Comments


  • […] SociétéCNDH/décès de Nakpa Polo : zoom sur les dernières actions de cette servante de la nationDéfenseurs des droits humains : bientôt un statut juridique pour professionnaliser le secteur au TogoComment devenir une femme épanouie : la Coach Hamond Chic livre 03 clés incontournablesEducation : les « magouilles » de certains chefs d’établissement du public mis à nu par Kok… […]

Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *