Togo : pour une transhumance apaisée, les acteurs de la région des plateaux s’activent

L’ Entreprise Territoire et Développement (ETD) s’engage pour une campagne de transhumance apaisée. Dans la préfecture de Haho, les acteurs…

Parredaction Catégorie Société le 21 octobre 2020 Étiquettes : , , , , ,

[bsa_pro_ad_space id=4]

L’ Entreprise Territoire et Développement (ETD) s’engage pour une campagne de transhumance apaisée. Dans la préfecture de Haho, les acteurs de la filière bétail-viande de la région des plateaux étaient en atelier depuis ce lundi 19 octobre 2020. Il s’agit pour ces acteurs de contribuer au traçage sans heurts des couloirs de passage de troupeaux dans le cadre de la campagne de transhumance du bétail.

L’atelier qui durera cinq jours, est organisé par l’Entreprise Territoire et Développement (ETD). Les initiateurs veulent grâce à cette formation œuvrer pour une campagne de transhumance apaisée dans la région.

Une rencontre nécessaire

Au cours de ces cinq jours de formation, les acteurs de la filière bétail-viande verront leurs compétences renforcées sur différentes thématiques. Principalement en ce qui concerne la mobilité ainsi que la sécurisation du couloir réservé aux bêtes.

Aussi, le mois de novembre sera consacré au traçage du couloir de campagne transhumance. Alors, les échanges avec tous les acteurs de la filière sur le module étaient d’une nécessité évidente. Par cela, la réalisation des ouvrages agro pastoraux dans la région des plateaux pourraient bien se poursuivre avec efficacité.

Pour Abdoul Halilou Traoré, coordonnateur à l’Entreprise Territoire et Développement, la mise en œuvre du projet d’appui à la mobilité du bétail devrait faciliter un meilleur accès aux ressources et aux marchés.

Vers une campagne de transhumance apaisée

A la fin de ces échanges sur les fondements de la mobilité du bétail, tous les acteurs auront une même compréhension et vision de ce que c’est que la mobilité du bétail. C’est-à-dire qu’ils comprendront en profondeur ce qui pousse les éleveurs à se déplacer.

Outre cela, ils pourront aussi appréhender au mieux le système d’élevage des ruminants. Par ailleurs, la maitrise de tous les enjeux de la mobilité du bétail serait un atout pour eux. Ce qui doit déboucher naturellement à terme sur une campagne de transhumance apaisée dans la région des plateaux.

« Lorsqu’on finira par mettre en place l’itinéraire pour faire passer les animaux, ça pourrait contribuer facilement à l’apaisement de la transhumance », a laissé savoir Abdoul Halilou Traoré. Il justifie cela par le fait qu’au-delà de l’itinéraire, des équipements utilitaires seront installés.

Il s’agit donc des équipements comme la marre d’eau, les aires de pâtures ainsi que les aires de repos. Par conséquent, cet atelier de renforcement de capacités devrait permettre à l’ensemble des acteurs de pouvoir gérer facilement la transhumance et le mouvement des animaux au Togo.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *