Togo : la CAF appuie le projet agricole de l’ex footballeur Obilalé Kodjovi

La Confédération Africaine de Football (CAF) est, depuis quelques années, au chevet de l’ancien gardien des Eperviers du Togo, Obilalé…

Parredaction Catégorie Dossiers le 12 août 2020 Étiquettes : , ,

[bsa_pro_ad_space id=4]

La Confédération Africaine de Football (CAF) est, depuis quelques années, au chevet de l’ancien gardien des Eperviers du Togo, Obilalé Kodjovi. Elle vient d’offrir à ce dernier un chèque de 10 000 dollars US pour sa reconversion, suite à son handicap l’empêchant de poursuivre sa carrière de footballeur.

Obilalé Kodjovi, qui a choisi de se reconvertir dans l’agriculture, peut compter sur la CAF pour la réalisation de ses projets. L’instance faitière du football africain vient de lui remettre un appui financier de 10 000 dollars US, soit 5 000 000 FCFA. Ce n’est surement pas la première aide, encore moins la dernière.

La CAF tient sa promesse

« Lorsque, j’étais passé au Caire (ville égyptienne abritant le siège de l’instance continentale du football), la CAF avait promis de m’aider dans mes activités agricoles », a rappelé Obilalé Kodjovi. « Je voudrais les remercier parce qu’ils m’ont envoyé une lettre avec un chèque », a remercié celui qui, le 07 janvier dernier, recevait lors des CAF Awards 2019 un prix spécial du président de la CAF, Ahmah Ahmad. « Je pouvais opter pour autre chose, mais j’ai pris l’agriculture parce que c’est le poumon de l’économie togolaise et en plus de ça, je pense que je pourrais créer pleins d’emplois », a-t-il expliqué.

Pour rappel, Obilalé Kodjovi est victime de l’attaque du bus des éperviers à Cabinda en 2010, alors que les joueurs togolais se rendaient en Angola, par voie terrestre, pour participer à la CAN de cette année-là. L’attaque a couté la vie à deux personnes dont un journaliste et un entraineur. Au moins 7 personnes ont été blessées. Obilalé est touché aux lombaires. Il perd une jambe et ne pourra plus jamais jouer au foot.

« Un destin foudroyé »

Dans son livre intitulé « Un destin foudroyé », Obilalé Kodjovi raconte le cauchemar qu’il a vécu après l’attaque armée du bus des éperviers en 2010. L’ex-gardien raconte ses mésaventures, la corruption et les manipulations organisées au sein du football Togolais.

« Suite à l’attentat, pendant des mois, j’ai éprouvé la sensation d’être mort-vivant. Un intense sentiment de vide et d’inutilité. Le temps s’étirait pour bien me mettre sous le nez que ma vie était foutue. On m’avait jeté sur le bord de la route et l’humanité toute entière poursuivrait son chemin. A la FTF notamment, on m’avait un peu trop vite oublié. J’étais devenu un problème insurmontable qu’on ne voulait plus voir », écrit-il.

Dans son livre résonne l’espoir, la solidarité, les amis Togolais et Bretons qui l’ont aidé dans sa réinsertion à Lorient où il est actuellement éducateur spécial.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *