Burkina Faso : les députés s’offrent un an de plus, les partis politiques en colère

Au pouvoir depuis 2015, le président Roch Marc Christian Kaboré a été investi samedi par son parti le MPP, Mouvement…

Parredaction Catégorie Politique le 14 juillet 2020

Au pouvoir depuis 2015, le président Roch Marc Christian Kaboré a été investi samedi par son parti le MPP, Mouvement du peuple pour le progrès, comme candidat à la présidentielle du 22 novembre prochain. Ce qui est prévu, ce sont des élections couplées, présidentielle et législatives, mais le Parlement burkinabé vient de recommander le report d’un an de plus pour les législatives. C’est une décision qui fâche plus d’un.

Les parlementaires mettent en avant les problèmes sécuritaires pour proroger de 12 mois les législatives tout en maintenant la présidentielle.

En effet, après une tournée dans les cinq régions les plus touchées par l’insécurité un rapport a été adopté en ce sens à l’unanimité par députés. Ces derniers estiment qu’il n’est pas possible d’organiser un scrutin législatif à même de designer des représentants légitimes des populations dans ce contexte sécuritaire. Ainsi, dans un rapport assorti d’une vingtaine de recommandations remis au chef de l’État, Rock Marc Christian Kaboré, les parlementaires burkinabè proposent de reporter les élections législatives à fin 2021. Ce qui leur permettra du coup de rester en poste un an de plus.

Les parlementaires fondent leur proposition sur les raisons sécuritaires. Ainsi, pour le président de l’Assemblée Alassane Bala Sakandé « Dans certaines régions ou provinces, il y est quasi impossible d’y mettre les pieds ……Quelle légitimité aura une telle assemblée ? », s’interroge-t-il. En revanche, les élus préconisent le maintien de la date de la présidentielle au 22 novembre, afin d’éviter une crise institutionnelle. « La présidentielle permet que le pays soit toujours gouverné et cela permet qu’on n’entre pas dans un système de transition sans fin », estime le président de l’Assemblée.

Dans l’opinion publique et du côté des partis politiques, cette proposition des députés de reporter les élections législatives est dénoncée. Ceci démontre à suffisance que s’il s’agit de défendre leurs intérêts propres, on observe une unanimité chez les parlementaires. Ce qui n’est pas souvent le cas pour ce qui concerne le vote de certaines lois. Un an de plus avec le bénéfice de tous les privilèges, les députés préfèreront jouer à la prolongation même si les conditions permettaient l’organisation des législatives. Ils ne sont jamais sûrs de leur réélection. C’est de bonne guerre si les partis dénoncent ces pratiques, mais encore faut-il que tout le monde puisse analyser de manière réelle cette possibilité d’organisation d’élections législatives.

 

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *