Togo/Gestion durable de l’eau : des journalistes s’engagent à travers l’association WEMA

L’association WEMA (Wash and Environnemental Media Alliance) composée des journalistes étaient en assemblée constitutive le 17 octobre dernier à Lomé….

Parredaction Catégorie Dossiers le 21 octobre 2020 Étiquettes : , , , ,

[bsa_pro_ad_space id=4]

L’association WEMA (Wash and Environnemental Media Alliance) composée des journalistes étaient en assemblée constitutive le 17 octobre dernier à Lomé. Ils ont mis sur pied un bureau exécutif composé de sept (7) membres.

En effet, l’accès à l’eau potable pour tous préoccupe certains journalistes. Ces hommes et femmes de médias se sont mis en association dans le but d’œuvrer pour la gestion durable de l’eau au Togo. Aussi, ils entendent couvrir le vide de communication autour de la question de l’eau au sein des communautés et auprès des institutions nationales et internationales. Ceci, avec l’association WEMA.

Amener les journalistes à se spécialiser sur la question

L’association WEMA s’est assignée plusieurs missions. La principale est la formation des hommes et femmes de médias sur la thématique de l’eau. L’organisation entend œuvrer à l’avènement des journalistes spécialistes des questions de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement au Togo.

Pour le président de l’association WEMA, Kiki Tassi, il y a nécessité d’accentuer la communication autour de l’importance particulière à la gestion des ressources en eau. Aussi, il faudrait faire en sorte que les politiques élaborées soient mises en place, afin que les populations puissent pleinement en bénéficier.

Pour une communication accentuée, poursuit le journaliste environnementaliste, il faut des professionnels en la matière. « Pas de journalistes pour juste communiquer sur des questions de l’eau et assainissement mais des journalistes bien outillés », précise-t-il. Ces derniers pourront ainsi porter la voix des populations défavorisées en ce qui concerne l’accès à l’eau et à l’assainissement.

L’association WEMA pour démocratiser le code de l’eau

Le bureau exécutif de l’association WEMA compte déjà s’engager sur plusieurs chantiers. Ils attendent, d’une part, renforcer le plaidoyer sur l’accès à l’eau et aux ouvrages d’assainissement. D’autre part, les journalistes prévoient lutter pour le droit à l’eau et à l’assainissement.

Différentes actions seront menées autour des questions relatives au code de l’eau. Selon le spécialiste, ce document est très peu connu. « Mais, il faudrait vraiment le décortiquer », insiste-t-il. « En cette manière-là, on atteindra plus de personnes notamment les autorités et les populations défavorisées », a souligné le président de l’association WEMA.

Il faut rappeler que l’accès à l’eau potable pour tous est aussi au cœur des préoccupations politiques. L’Etat togolais en a même dédié un ministère dont celui de l’eau et de l’hydraulique villageoise, dirigé par Bolidja Tiem.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *