Préfecture de Doufelgou: le berceau de l’agrotourisme au Togo

L’agrotourisme au Togo est un concept nouveau. Celui-ci est en cours de développement notamment dans la préfecture de Doufelgou. Que…

Parredaction Catégorie Société Culture le 19 janvier 2021 Étiquettes : , , , , , , , ,

L’agrotourisme au Togo est un concept nouveau. Celui-ci est en cours de développement notamment dans la préfecture de Doufelgou. Que comprendre concrètement de cette agrotourisme au Togo, qui fait parler d’elle dans la région de la Kara. 

Encore appelé agritourisme, l’agrotourisme est un concept qui allie l’agriculture et le tourisme. Il est très pratiqué dans les pays développés. L’agrotourisme au Togo est une pratique qui a d’énormes avantages notamment sur le plan économique et environnemental.

Agrotourisme au Togo, promouvoir le savoir-faire

En terme clair, l’agrotourisme désigne le fait de faire du tourisme à la ferme. C’est une forme de tourisme rural qui consiste à aller à la découverte du savoir-faire agricole d’une localité. L’exploration peut aussi s’étendre aux paysages, aux spécialités culinaires et pratiques sociales du milieu en lien avec l’agriculture.

Dans la région de la Kara, l’activité est pratiquée par le Mouvement d’Action Culturel de Doufelgou (MDCD). Le but est de développer des techniques visant à promouvoir les différentes cultures et le fonctionnement surtout au niveau de l’aménagement des sols. La finalité est d’attirer les touristes.

Préfecture de Doufelgou: le berceau de l’agrotourisme au Togo

« Il y a eu déjà des touristes en provenance de l’Europe et les Américains sont en train d’emboîter le pas. Nous avions reçu les visites dans ce sens et ils avaient accepté travailler avec nous durant deux ans ». C’est ce qu’a indiqué le promoteur du concept, Attigbon Tikalé. Il est le président par le MACD.

Agrotourisme au Togo, des motivations écologiques

La protection et la préservation de l’environnement sont d’autres raisons pour lesquelles la préfecture de Doufelgou pratique le tourisme agricole. « L’agrotourisme que nous développons, c’est par rapport à la protection de l’environnement », a relevé le président MACD.

Pour ce faire, les promoteurs procèdent dans un premier temps à la restauration des sols, avant de mettre en place une spéculation. Ensuite, ils procèdent à l’installation des ruches destinées notamment à l’apiculture. La démarche consiste à mettre en exergue les avantages de protéger la nature.

« Quand vous arrivez, c’est pour voir un peu l’importance de la protection de la nature et le développement de l’agroécologie », a précisé Attigbon Tikalé. Dans son mode de fonctionnement, le promoteur tient, entre autres, compte des techniques de la restauration et de la topographie du sol.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *