Agropastoral au Togo: les formateurs s’approprient les bonnes pratiques agro-écologiques

Les formateurs des centres d’enseignement technique et professionnel prennent part à un séminaire de formation sur les techniques modernes de…


Les formateurs des centres d’enseignement technique et professionnel prennent part à un séminaire de formation sur les techniques modernes de production animale et végétale. Démarrée ce lundi, 15 février 2021, cette formation se déroule au Centre International de Développement Agropastoral de Niamtougou (Nord du pays). Les travaux prennent fin le 26 février prochain.

L’initiative est portée par le ministère de l’Enseignement Technique en collaboration avec le Fonds National d’Apprentissage de Formation et de Perfectionnement Professionnels. La coopération Allemande au Togo soutient financièrement l’initiative.

Renforcement des compétences managériales

Les participants à cette formation auront pour mission de transmettre des notions acquises aux apprenants. Il s’agit donc pour les promoteurs de cette rencontre d’amener les stagiaires à développer et renforcer davantage leurs compétences managériales.

L’atelier entre dans le cadre du programme de formation technique et professionnelle et emploi des jeunes notamment en sa composante II. A l’issue des 10 jours, les stagiaires vont être dotés de bonnes pratiques agro écologiques.

Aussi, il est question de se pencher sur l’harmonisation du « message à passer dans tous les centres de formation professionnelle ». Ceci, dans le but d’améliorer la qualité de formation des jeunes apprenants.

Aperçu du contenu de la formation

Les échanges portent essentiellement sur le développement du secteur agropastoral au Togo. Les stagiaires vont être outillés sur l’utilisation ou les pratiques des techniques modernes de production animale et végétale.
Deux principaux modules sont inscrits au programme du formateur du centre international de Bagua, Patrick Bayamna. Il s’agit, d’une part, du module sur les productions végétales qui vont prendre en compte les cultures annuelles ainsi que le maraîchage.

D’autre part, les formateurs vont être formés sur les nouvelles pratiques de restauration des sols et de la conservation de la biodiversité. Par ailleurs, il est prévu des cours adaptés et de spécialités sur les généralités de la zootechnie. « Nous allons discuter avec les formateurs pour voir en situation de référence, comment ils font et voir par rapport à l’innovation que nous apportons », a indiqué le formateur.

Lire aussi: Togo/Agriculture : le gouvernement prêt à développer les activités des ranches d’Adélé et de Namiéle

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *