Afrique/Culture : vers la restitution définitive des œuvres d’art par la France

Au cours de sa visite, en 2017 au Burkina Faso, Emmanuel Macron avait exprimé sa volonté manifeste (ndlr) d’enclencher dans…

Parredaction Catégorie Culture international le 17 juillet 2020 Étiquettes :

Au cours de sa visite, en 2017 au Burkina Faso, Emmanuel Macron avait exprimé sa volonté manifeste (ndlr) d’enclencher dans les années à venir (au plus cinq ans) le processus de restitution des œuvres appartenant à l’Afrique.

Cette promesse, concernant la restitution temporaire ou définitive des œuvres d’art « pillées à l’Afrique par l’ancienne puissance coloniale », faite par le président français Emmanuel Macron est en cours de réalisation. En conseil des ministres, mercredi 15 juillet 2020, le gouvernement français a proposé un projet de loi qui prévoit la restitution d’œuvres d’art au Sénégal et au Bénin.

Le texte présenté par le gouvernement

En effet, à l’heure actuelle, la loi française n’autorise pas de telles restitutions, car « les œuvres des collections publiques sont considérées comme inaliénables et imprescriptibles ». D’où le déclenchement d’un processus juridique avant la concrétisation de la promesse. Les pays visés par ce texte sont le Bénin et le Sénégal.

Ainsi, la loi présentée mercredi vient acter le transfert de propriété du sable sénégalais « dit d’El Hadj Oumar Tall » que le président Macky Sall avait reçu des mains de l’ex Premier ministre français Édouard Philippe en novembre 2019. A l’époque cette œuvre avait été restituée sous forme de prêt.

Pour le Bénin, le projet de loi autorise la restitution de 26 œuvres « dérobées » au roi Béhanzin durant la conquête coloniale.

La restitution, un moyen pour renforcer les relations diplomatiques

Selon les informations, cet engagement, pris par le président Macron de rendre à l’Afrique ce qui lui appartenait, a suscité de nombreuses résistances au sein de l’administration française et des musées concernés. Mais, il semblerait que les avis aient changé et qu’en France, « on parle désormais moins de restitutions que de circulation des œuvres. Ce qui n’est pas la même chose ».

Egalement, la priorité de l’Elysée dans cette affaire est de mener à terme le processus béninois, parce que c’est celui sur lequel le président français s’est directement engagé. Ainsi, la restitution au Benin, des 26 œuvres d’art, serait le processus le plus emblématique pour Paris qui compte, en même temps, renforcer ses liens avec le pays du Vaudou. Ce geste représenterait, pour l’Elysée, le support favori d’un partenariat culturel renouvelé.

Il faut rappeler que pour l’instant, le cas d’autres pays francophones n’a pas été évoqué. Il semblerait que le gouvernement français a, au lieu d’une loi pour toutes les demandes, présenté un texte spécifique juste pour le Bénin et le Sénégal.

Ce projet de loi est, donc, en attente pour être adopté par le parlement français, afin de permettre au Benin de récupérer ses œuvres qui seront exposées au musée d’Abomey.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *