Togo/Accès des terres : WILDAF Togo outille les agricultrices et paysannes sur les dispositifs juridiques

La section nationale de Femme, Droit et Développement en Afrique (WILDAF Togo) a organisé un atelier de formation, ce mardi…



La section nationale de Femme, Droit et Développement en Afrique (WILDAF Togo) a organisé un atelier de formation, ce mardi 13 octobre 2020. « Les femmes rurales et paysannes face aux défis de la sécurisation foncière comme gage de l’autonomisation socioéconomique ». Telle était la thématique de cette formation.

Women in Law and Development in Africa en Anglais, WILDAF est un vaste réseau d’Organisations Non Gouvernementales (ONG) de droits des femmes. la formation qu’elle a organisé était au profit des femmes agricultrices rurales.

L’objectif de l’atelier de formation de WILDAF Togo

Le but poursuivi par WILDAF Togo est la vulgarisation des dispositions du nouveau Code Foncier et Domanial (CFD) au sein du monde paysan. Les groupements et coopératives agricoles sont les principales cibles visées.

Cette rencontre s’est tenue par visioconférence. Elle a permis aux parties prenantes d’évoquer les différentes difficultés rencontrées en matière d’accès des terres. Les spécialistes ont donc outillé les participantes sur diverses communications relatives aux défis liés à l’accès des terres des femmes au Togo.

Les obstacles liés à l’accès des terres

Selon les participantes, les obstacles sont majoritairement liés aux coutumes. Celles-ci entravent le droit des femmes à l’accès aux terres. « C’est vraiment un fait réel que rencontrent les femmes dans les communautés », dénonce la Coordinatrice de l’ONG Action pour la promotion et le développement de la femme, Kpédji Anne.

« Nous n’avons pas vraiment une solution à cela, parce que le législateur dispose que ce soient les Chefs coutumiers qui règlent ce problème », déplore la coordonnatrice. Pour cette activiste, il est judicieux de mener des actions afin d’amener le législateur à prendre en compte le phénomène.

Madame Kpédji Anne a donc instruit les participantes à l’atelier de WILDAF Togo  à s’approprier et se référer aux dispositifs juridiques. Elle les a conseillés le CFD, le code des personnes et de la famille, révisé ainsi que le nouveau code pénal.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *