Accès au fonds vert pour le climat : le Togo en quête de nouvelles stratégies  

Les acteurs engagés dans la préservation de l’environnement au Togo, sont en concertation pour la mise en place des nouvelles…

Parredaction Catégorie Dossiers le 22 octobre 2021 Étiquettes :


Les acteurs engagés dans la préservation de l’environnement au Togo, sont en concertation pour la mise en place des nouvelles stratégies. Celles relatives notamment à l’accès au fonds vert pour le climat.

C’est dans le cadre d’un atelier national sur le programme préparatoire du Togo à l’accès au fonds vert pour le climat ouvert ce jeudi, 21 octobre à Lomé.

Fonds vert pour le climat, le Togo compte en bénéficier

La rencontre s’inscrit dans le cadre du projet dénommé « renforcement de l’accès direct du Togo au fonds vert climatique ». L’initiative vise à soutenir le pays dans le développement des stratégies de financement du climat.

En effet, le fonds vert pour le climat est un mécanisme financier de la convention cadre des Nations Unis sur les changements climatiques. C’est ce qu’a fait savoir Mérry Yao, chef division contre les changements climatiques au ministère de l’Environnement.

Accès au fonds vert pour le climat : le Togo en quête de nouvelles stratégies  Aussi, a-t-il ajouté, le fonds vert pour le climat a pour rôle, de mobiliser d’une part les ressources et les différents partenaires. D’autre part, il s’agit de les mettre à la disposition des pays en développement afin de les aider à mener des activités d’atténuation.

Fonds vert pour le climat, de pertinents projets en vue pour le Togo

Les échanges autour du programme préparatoire du Togo à l’accès au fonds vert ont réuni les acteurs du secteur bancaire, de lutte contre les changements climatiques et de la société civile. D’après le chef division, l’accès à ce fonds se fait, à travers des entités accréditées dont les banques régionales, les banques nationales et les organisations des Nations Unies.

Le représentant résident de GGI au Togo, Innocent KABEGA, a aussi pris part aux travaux. Selon lui, la rencontre permettra de jauger les différents projets du Togo dans ce processus. « On fait des évaluations des institutions de l’Etat, ainsi que des institutions privées, parce qu’il y’a des critères que le fonds vert a mis en place », a-t-il souligné.

Ces critères, poursuit-il, permettent d’identifier les lacunes afin de mieux préparer les programmes d’accompagnements.

Lire aussi: COP26 : le Togo met les bouchées doubles avant sa participation

 

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *